Attirer le maximum d’enfants dans ce temple du livre et de la lecture qu’est la bibliothèque de lecture publique Assia-Djebar de la ville de Tipasa, mais aussi les adultes fidèles aux rendez-vous du club littéraire, un espace culturel incontournable, tel a été le vœu et le sacerdoce de la Directrice Sebbah Saâdia, qui a pris sa retraite après dix années de bons et loyaux services dans la wilaya.

Pour résumer cet engagement en faveur du livre, Saâdia Sebbah n’hésite pas à faire sienne cette phrase du célèbre pédagogue français, Jean Pennac : «Ne vous moquez jamais de ceux qui ne lisent pas, si vous voulez qu’ils lisent un jour.» En plus de faire découvrir et aimer le livre, la Directrice s’enorgueillit aussi, depuis son arrivée dans la wilaya de Tipasa, d’encourager les adolescents à recueillir tout ce qui constitue le patrimoine et la culture orale des anciens de la région.
Elle reconnaît que dans son travail quotidien, en compagnie de son équipe, elle s’inspire des 10 commandements de la lecture du grand pédagogue français, Jean Pennac, qui cite le «droit de ne pas lire, de sauter des pages, de ne pas finir un livre, de lire n’importe quoi et n’importe où, le droit au bovarysme, de grappiller, de lire à haute voix». Ces droits, précisera-t-elle, se résument en un seul devoir «ne vous moquez jamais de ceux qui ne lisent pas, si vous voulez qu’ils lisent un jour».
Une cérémonie émouvante a été organisée dimanche après-midi par le personnel de la bibliothèque de lecture publique, qui a réuni les adhérents et leurs parents, les artistes de la wilaya, les amis et les quelques inconditionnels de ce lieu de rayonnement culturel qui a offert une parenthèse formidable de débats et de discussions avec des auteurs de la région et du pays.
Dix années d’engagement, parfois dans l’adversité, et de lutte, pour imposer cet espace et surtout former une équipe de jeunes femmes bibliothécaires très dévouées qui ont pris, à bras le corps, leur mission passionnante pour faire aimer le livre surtout aux enfants qu’ils ont rencontrés lors de nombreuses activités et rencontres ludiques dans ou à l’extérieur de la bibliothèque.
Les témoignages de reconnaissance de l’équipe de la bibliothèque étaient nombreux et consignés dans une vidéo réalisée pour la circonstance qui évoque la chance d’avoir été formés et côtoyé une professionnelle du secteur dont le sérieux et la rigueur sont pour beaucoup dans sa réussite.
Il y a plus de dix ans, le défunt wali Mohamed Ouchène s’était donné beaucoup de peine -le budget alloué étant très faible-pour réaliser la bibliothèque qui a eu la chance d’accueillir Saadia Sebbah qui lui a donné une âme et en a fait «un exemple au niveau national», comme le dira le Directeur de la culture invité à la cérémonie.
Depuis, dix longues années ont passé offrant un lieu de travail et une salle de lecture aux centaines de lycéens qui venaient y préparaient leurs cours, un club de lecture et d’activités ludiques tournant autour du livre, d’accueil de festivals dédiés au livre, de déplacements dans les écoles rurales de la wilaya avec le bibliobus pour inculquer le goût de la lecture aux jeunes écoliers très enthousiastes, et j’en oublie…
Une page est tournée, non sans laisser un vide pour les amis de Saâdia, en attendant la nomination de la nouvelle ou du nouveau responsable par la ministre de la Culture qui, elle-même a fréquenté ces lieux et apprécié le travail qui y était fait par cette responsable engagée, entourée de son équipe de jeunes femmes dévouées, sans oublier les quelques hommes qui étaient de la partie pour assurer le gardiennage et la sécurité des lieux qui, eux aussi, ont été à la hauteur de la tâche.
Sebbah Saadia (Nacéra, pour les amis), diplômée en bibliothéconomie, en 1987, de l’université d’Alger, était conservatrice en chef à la bibliothèque du Palais de la culture jusqu’à 2009, avant d’être détachée à la tête de la bibliothèque de lecture publique de Tipasa, qui a ouvert ses portes en 2012 et baptisée, depuis le 16 avril 2018, du nom d’Assia Djebar, l’icône de la littérature algérienne.
Engagée dans la mission de promotion de la lecture pour les petits et les grands et, par-delà, pour le rayonnement de la culture dans la wilaya de Tipasa, qu’elle a réussi à sortir d’une ambiance morose, en organisant des activités pour toutes les catégories de la population locale, Sebbah Saâdia a réussi, avec discrétion et refusant les feux de la rampe, à monter une jeune équipe qui fait de son mieux pour assumer sa noble mission de faire aimer le livre. La bibliothèque est devenue, grâce à cette équipe, pilotée par Saâdia Sebbah, un lieu de rayonnement culturel, un lieu convivial et incontournable pour les adeptes de littérature et du savoir en général. Celle-ci compte, bon an mal an, près de 3 000 adhérents entre adultes et enfants. Selon des statistiques de 2018, durant les vacances scolaires, il y avait jusqu’à 300 personnes qui venaient, quotidiennement, à la bibliothèque et 200 livres sont empruntés chaque jour. Parmi le fonds livresque de l’institution, il y a des quotas pour chaque catégorie de lecteurs, 35% de livres destinés aux enfants dont 70% en langue arabe et tamazight et, seulement 30% en langue française et 30% d’origine algérienne.
La biblio est ouverte de 8H30 à 20H, non-stop, excepté durant cette crise sanitaire, tandis que le prêt est disponible jusqu’à 18H. Depuis 2019, le site officiel de la bibliothèque a été ouvert avec l’accès au catalogue du fonds livresque et, en attendant, les lecteurs peuvent joindre l’équipe, à tout moment, sur la page facebook qui est très réactive et peut constituer une bonne source d’informations pour les adhérents et autres personnes intéressées par le livre.
Alors, Saâdia, nous te souhaitons bon vent dans cette nouvelle vie de femme qui a été à la hauteur de sa mission et peut désormais croquer la vie à pleines dents loin des bureaucrates et autres machos rencontrés sur ton chemin. n