L’association cinématographique «Lumières» a organisé, mardi soir à Alger, une cérémonie de recueillement en hommage à la défunte réalisatrice Yamina Bachir Chouikh, décédée le 3 avril, à l’âge de 68 ans après un parcours cinématographique prolifique.
Organisée au siège de l’Association Lumières en présence du Conseilleur auprès du président de la République, chargé de la culture et de l’audiovisuel, Ahmed Rachedi, la cérémonie d’hommage a été entamée par la projection de son film «Rachida», et ce, en présence d’artistes, de réalisateurs, d’acteurs et de professionnels du secteur. Le parcours artistique de la défunte réalisatrice Yamina Bachir Chouikh depuis ses débuts dans le montage des films depuis les années 1970, a été évoqué de même que son expérience dans la réalisation, d’autant plus que des témoignages vivants mettant en exergue les différents aspects humanitaires, de lutte et professionnels élevés de la défunte, ont été présentés. L’actrice Bahia Rachedi a évoqué l’expérience de la défunte dans le film «Rachida», abordant les conditions de réalisation et de tournage du film chef-d’oeuvre qui a marqué l’histoire du cinéma algérien.
Dans son allocution émouvante, Bahia Rachedi s’est remémorée de nombreux souvenirs et haltes artistiques qui l’ont réunie avec la défunte. Pour l’acteur Abdelhamid Rabia, «la défunte Yamina Chouikh était une syndicaliste engagée dans la défense du mouvement cinématographique algérien et a également accompagné la majorité des œuvres cinématographiques signées par son époux Mohamed Chouikh». A son tour, l’acteur Abdennour Chelouch a affirmé que la défunte a laissé des œuvres artistiques de haute facture et a influencé avec ses œuvres cinématographiques, la scène culturelle algérienne.
La cérémonie de recueillement a vu également des lectures de poésies par la poète Fouzia Laradi. n