La bonne chose dans ce scénario est que cela évitera à la délégation de passer son temps en avion. Parallèlement, l’état détérioré du gazon pourrait contrarier fortement Belmadi qui a, à plusieurs reprises par le passé, dénoncé un «sabotage» à l’endroit de l’équipe nationale. C’était par rapport à la praticabilité de la pelouse du stade Mustapha-Tchaker en septembre et octobre derniers. S’il est obligé de revoir son planning, l’ambiance risque d’être électrique ce matin en conférence de presse.
Par ailleurs, il s’avère que cette période de l’année connaît toujours les mêmes tracas pour ce qui est des aires de jeu. Pour ne rien arranger, la vacuité engendrée par l’annonce de la démission de Charaf-Eddine Amara et le temps pris pour lui désigner un successeur ont fait passer l’entretien des terrains du CTN au second plan. Par conséquent, ce stage de septembre risque de connaître quelques problèmes logistiques. En effet, il va falloir trouver un lieu de séjour et une pelouse descente pour les entraînements. Les Guerriers du Désert pourraient séjourner au Méridien ou à l’hôtel militaire d’Oran et s’entraîner sur les terrains annexes du Nouveau stade d’Oran.