Son premier long métrage «Papicha», présenté en Sélection officielle du Festival
de Cannes 2019 dans la section Un Certain regard, fut acclamé par la critique
et le public.

Le film qui a reçu, en 2020, le César du meilleur premier film et celui du meilleur espoir féminin pour Lyna Khoudri, a participé à la course aux oscars pour représenter l’Algérie. Mounia Meddour prépare actuellement son prochain long métrage, «Houria».
Michelle Williams, reine du prochain film de Karim Aïnouz
Avec «Firebrand», le cinéaste algéro-brésilien réalise son premier long métrage en anglais avec l’Américaine Michelle Williams sur Catherine Parr qui fut la dernière épouse du barbe bleue, Henry VIII, et l’une des seules à lui avoir survécu.
«Je ne pourrais être plus enthousiaste à l’idée de porter à l’écran l’histoire méconnue de Catherine Parr, une femme férocement brillante qui m’inspire profondément et qui a été largement invisibilisée, ou, en tout cas, sous-représentée, dans l’histoire de l’Angleterre.
Le fait que Michelle Williams incarne cette femme remarquable, une actrice au talent et à la passion incommensurables, est un rêve devenu réalité» s’enthousiasme Karim Aïnouz qui présente à Cannes «Marin des montagnes», un film sur ses racines algériennes.

Alaa El Aswany bientôt adapté à l’écran avec Tahar Rahim ?
Virginie Effira a emporté des lectures pour son séjour à Cannes, «Fragments d’un discours amoureux», de Roland Barthes, et «J’ai couru vers le Nil», du romancier égyptien Alaa El Aswany traduit par Gilles Gauthier. «Je viens de les racheter pour les relire. Ce sont des idées de projet.
C’est pour Tahar que j’ai acheté le roman d’El Aswany. Il y a un personnage dans ce livre qui me fait beaucoup penser à lui.
Ce serait génial d’en faire quelque chose.» Le roman de Alaa El Aswany évoque la révolution égyptienne à travers une mosaïque de voix dissidentes ou fidèles au régime, de lâchetés et d’engagements héroïques. Affaire à suivre

Netflix persona non grata à Cannes mais pas à Locarno et Venise
Le règlement du Festival de Cannes est clair : «Tout film qui souhaitera concourir en compétition devra s’engager à être distribué dans les salles françaises.» Ce qui n’est pas le cas des films Netflix, qui sont lancés directement sur la plateforme sans passer par la case salles. «Beckett» de Ferdinando Cito Filomarino, dont les droits ont été acquis par Netflix, fera donc l’ouverture en août prochain sur la Piazza Grande du 74e Festival de Locarno. Le thriller raconte l’histoire d’un touriste américain en vacances en Grèce qui devient la cible d’une chasse à l’homme après un grave accident.
«The Power of the Dog» de Jane Campion (seule femme réalisatrice pour le moment à avoir remporté une Palme d’or pour «La Leçon de piano») avec Benedict Cumberbatch, Kirsten Dunst et Jesse Plemons et distribué par Netflix, sera lui à la Mostra de Venise début septembre. Adapté du roman «le Pouvoir du chien» de Thomas Savage, le film se déroule dans l’univers des cartels mexicains.D. L.