Alors qu’un BMS (bulletin météorologique spécial) de l’Office national de la météorologie (ONM) met en garde contre un épisode de fortes chaleurs «atteignant les 45 degrés samedi et dimanche sur plusieurs wilayas du centre du pays», la Protection civile a fait savoir, dans un communiqué, que ses unités d’intervention étaient placées en «alerte» : «la Direction générale de la protection civile met en alerte toutes les unités d’intervention, avec l’intensification des campagnes de sensibilisation concernant les consignes de prévention en de telles circonstances.» Les principales craintes en pareil situation de canicule restent, en effet, les risques d’incendies et de feux de forêt, mais aussi les malaises et la multiplication des risques de noyade durant les journées de forte affluence sur les plages.
La protection civile, qui s’attend visiblement à un grand nombre de vacanciers sur les plages durant cet épisode caniculaire, a appelé les citoyens à ne pas se baigner dans les «réserves d’eau», les barrages et autres étendues d’eau non surveillés et théoriquement interdits d’accès causant en effet le plus grand nombre de victimes. Rappelons que 84 personnes, dont un grand nombre d’enfants âgés entre 6 et 17 ans, ont trouvé la mort durant la saison 2021 au niveau des «plans d’eau et plages interdites». Un des premiers bilans de la Protection civile pour la saison 2022, rapporté le 25 juin dernier par le journal en ligne Echourouk, recensait déjà la mort de près de 120 personnes suite à des noyades entre le mois de mai et le 21 juin dernier.
Des statistiques, qui avaient également laissé apparaître que la majorité des victimes sont des personnes «jeunes». La dangerosité des étendues d’eau non surveillées ou interdites à la baignade étant encore aggravées, selon la PC, par la difficulté d’accès à ces zones.
Par ailleurs, les vacanciers avaient également été invités à respecter la signalisation sur l’état de la mer au niveau des 427 plages autorisées à la baignade. «Si la baignade est déclarée interdite, cela veut dire qu’il y a de bonnes raisons et des risques qui touchent à la sécurité et la santé…», avait déclaré le 19 juin le colonel Farouk Achour, Directeur de l’information et des statistiques à la Direction générale de la Protection civile (DGPC). Et dans cette logique de prévention, le dernier communiqué de la PC a rappelé certaines évidences et les conduites à tenir durant la saison chaude et notamment de «ne pas s’exposer au soleil, en particulier les personnes âgées, les personnes atteintes de maladies chroniques ainsi que les enfants» ou encore de «provoquer des courants d’air dans tout le bâtiment, dès que la température extérieure est plus basse que la température intérieure», de «fermer les volets et les rideaux des façades exposées au soleil» et «d’ouvrir les fenêtres tôt le matin, tard le soir et la nuit et de baisser ou éteindre les lumières électriques».
Quant à la prévention des risques d’incendies de forêt, il est à rappeler que la protection civile mobilise 505 unités d’interventions «soit 15 000 éléments, déployées quotidiennement dans les secteurs des massifs forestiers», avait expliqué le colonel Farouk Achour, avant d’ajouter que «65 colonnes mobiles réunissant un total de 4 000 éléments sont mobilisées, en plus de 715 engins de tous types accompagnés par un dispositif aérien étoffé (…). L’effort est important».