C’est la ville de Tlemcen qui a été choisie par le président sortant du Forum des chefs d’entreprise (FCE) Ali Haddad pour entamer sa campagne pour un second mandat à la tête de cette organisation patronale. Dans son discours prononcé au palais de la culture de cette ville, hier, Ali Haddad a d’emblée tenu à souligner que les membres de son organisation reconnaîssent et valorisent les acquis et les progrès socio-économiques réalisés par notre pays ses dernières années.

« Pour tout cela, nous continuerons à soutenir le moudjahid Abdelaziz Bouteflika, artisan de la réconciliation nationale et du rétablissement de la paix, et à l’appeler à poursuivre son œuvre pour la stabilité, la sécurité, le développement, la prospérité de notre pays et son affirmation sur la scène internationale», a-t-il affirmé. Et de lancer dans ce sens : «Il ne faut pas oublier que c’est grâce à la notoriété acquise par l’Algérie, suite à la mise en œuvre de la politique de réconciliation nationale et à son action en faveur de la paix dans le monde que sur proposition de son éxcellence monsieur le président Abdelaziz Bouteflika, le «16 décembre», est proclamé, par l’Assemblée générale des Nations unies, comme journée du vivre ensemble en paix ». A propos du Forum des chefs d’entreprise, il dira qu’il a connu au cours de ces dernières années une mutation extraordinaire grâce à la mise en œuvre des engagements que nous avons pris et qui sont le résultat des choix collectifs de ses membres. « Nous avons, tous ensemble, réussi à faire du FCE une organisation dynamique qui adapte ses modes d’intervention à l’évolution du champ économique et social. Nous abordons aujourd’hui une nouvelle étape qui exige, pour engranger de nouveaux succès, l’évaluation de nos actions et du niveau de réalisation de nos engagements». a-t-il indiqué. Comme ce dernier a tenu à faire remarquer que les membres dirigeants du FCE ont toujours veillé au respect de la collégialité dans la prise de toutes les décisions. «Avec certainement des carences et également nos limites humaines mais jamais sans fidélité ou par manquement à notre devoir vis-à-vis du Forum des chefs d’entreprise et de ses membres », a précisé Haddad. Et de poursuivre : « J’ai pris des engagements pour construire l’organisation patronale que mérite notre pays et ses entrepreneurs. Une organisation patronale qui soit suffisamment représentative, forte et constructive pour être écoutée au plan national et pour constituer un partenaire crédible au plan international. Je peux le dire, non sans fierté, nous avons réussi, tous ensemble, sa construction». Le FCE est aujourd’hui fort de ses adhérents, de son organisation et des moyens qu’il a su se créer lui-même en ne s’appuyant que sur ses propres ressources », non sans rappeler que le FCE a élargi son assise et a également procédé à l’installation des délégués à travers toutes les wilayas et de représentants dans plusieurs capitales étrangères ».

Haddad défend
son bilan
Concernant Jil FCE mis en place par le Forum, il dira que « c’est une organisation qui se veut une réponse aux attentes des jeunes entrepreneurs algériens à la recherche d’un espace d’expression et de mise en synergie de leur génie et de leur créativité, et notre jeunesse en dispose grandement ». Il a, par ailleurs, dressé un tableau exhaustif de toutes les actions et initiatives prises par son organisation et l’ampleur de ses ambitions qu’elle compte concrétiser. Et d’ajouter également : « Le Forum des chefs d’entreprise a été fortement présent dans le débat socio-économique et a formulé régulièrement des propositions visant à l’amélioration du climat des affaires et à promouvoir l’investissement productif et la diversification économique. Et avec l’ensemble des partenaires socio- économique et les pouvoirs publics, il a contribué de manière constructive au dialogue social ».
Ali Haddad ne s’est pas empêché de faire savoir au parterre que « le mandat qui s’achève est le premier pour le FCE dans sa nouvelle configuration d’organisation structurée et implantée à travers le territoire. Il s’agit là non pas d’une simple évolution mais d’une totale mutation. » Dans cette optique, il a avancé : « Le Forum des chefs d’entreprise dispose aujourd’hui de tous les instruments matériels et organisationnels et de la crédibilité nécessaire aux plans national et international pour envisager des perspectives qui lui permettent d’entamer avec l’efficacité requise une nouvelle phase ».
Et d’arguer : «Les instruments que nous avons créés, tous ensemble, doivent aujourd’hui servir à donner plus d’efficacité à la défense des intérêts des entreprises et à la prise en charge des préoccupations et doléances des opérateurs. »
Dans son discours, Ali Haddad s’est engagé à ce que le traitement et les requêtes des opérateurs seront ses priorités d’actions. Une procédure qui reste tributaire, selon Haddad, de l’implication totale des délégations des wilayas qui seront mis en planche dès le mois de janvier prochain. « Pour mener à terme mes objectifs, je sollicite votre confiance en espérant que vous me l’accordiez et qu’à mon tour, je puisse en être digne de la porter », a-t-il conclu.