L’équipe nationale a bien réagi après sa non-qualification en Coupe du Monde 2022 et la désillusion face au Cameroun au mois de mars dernier. Alors qu’il pouvait jeter l’éponge, Djamel Belmadi a décidé de rester sur le banc de la sélection. Le driver des «Verts» compte rebâtir une équipe qui puisse conquérir des titres dans l’avenir. Bien évidemment, la CAN-2023 sera le prochain test majeur. Alors qu’elle devait se tenir l’été prochain, la Confédération africaine de football (CAF) a annoncé, dimanche, que l’épreuve ne se déroulera qu’en janvier 2024. Un report qui donne plus de temps aux Fennecs afin de guérir de et s’aguerrir.

En remportant leurs trois sorties contre l’Ouganda (2-0), la Tanzanie (0-2) et l’Iran (1-2) lors de la fenêtre internationale de juin, les «Fennecs» ont pu rassurer les Algériens quant à leur capacité de dépasser la frustration et se relancer.
Le prochain test sera en septembre prochain avec une double-confrontation qui mettra les camarades d’Islam Slimani aux prises avec le Niger. Un adversaire qui semble largement à leur portée si l’on tient compte des récents résultats enregistrés lorsqu’on a croisé le fer avec les Nigériens récemment.

Un potentiel de 6 matchs pour perfectionner l’équipe

La date FIFA de novembre est consacrée pour la Coupe du Monde qui débutera le 21 novembre et durera jusqu’au 18 décembre. Cela signifie que l’EN ne jouera en officiel que lors de la fenêtre internationale de mars avec la fin des éliminatoires de la CAN-2023 et le déroulement des deux dernières journées.
Sachant que la CAN ne se tiendra pas en juin, cela signifie que cette date FIFA sera vacante. C’est l’occasion de trouver des adversaires et de répéter les gammes. Avec l’incorporation de nouveaux éléments, il faudra travailler les automatismes et les mises en place afin d’être prêts pour le tournoi continental début 2024.
Avant d’essayer de reconquérir l’Afrique, il y aura 4 autres rencontres potentielles à jouer. Ainsi, Belmadi ne peut que s’en réjouir sachant qu’il pourra se présenter à la messe africaine avec un effectif plus rodé et huilé. Lui qui a déjà annoncé que son contrat qu’il a renouvelé courra jusqu’à cette CAN-2023 avant de voir de quoi sera faite la suite.

Assuré de rester 6 mois de plus sur le banc

Cela veut dire qu’il est assuré de passer 6 mois en plus au minimum à la tête de l’EN. Contractuellement, c’est un bonus pour lui sachant qu’il perçoit un salaire à six chiffres en devises. Mais, c’est plus le temps qu’il faudra capitaliser afin de construire une équipe qui fasse oublier les récents échecs et effacer cette sortie prématurée à la CAN-2021 où Riyad Mahrez & cie n’avait pris qu’un seul point lors de la phase de poules cédant leur couronne d’une manière précoce. Clairement, le fait que la CAN-2023 soit décalée donne plus de latitude à Belmadi pour se présenter à la compétition avec plus de certitudes. Toutefois, si la CAF décide de confier l’organisation de cet événement au Maroc, c’est l’aspect mental qui va prédominer sur le rendement.