Sénégal, Recalé en 2019 au profit de l’Algérie, le Sénégal est revenu faire la cour à la reine africaine. Cette fois, les Sénégalais ont pu séduire Sa Majesté et décrocher la première CAN après deux tentatives avortées. Cette consécration n’est que l’aboutissement d’une abnégation sans faille d’une formidable sélection.

Par Mohamed Touileb
Avant de disputer la finale contre l’Egypte, le sélectionneur Aliou Cissé, devenu le 15 coach à remporter la CAN, semblait convaincu du potentiel de son groupe. Après avoir perdu la finale en 2002 en tant que joueur et en 2019 en tant que sélectionneur du Sénégal, il voulait naturellement briser ce mauvais sort.

Ne jamais abandonner
«Tout dans ces matchs se joue sur des détails, même des micro-détails. Ce sont ces détails qui nous ont coûté par le passé, que nous devons rectifier. Tout cela appartient au passé, on revient avec d’autres dispositions. On se sent meilleurs qu’en 2002 ou en 2019», avait-il lâché en conférence d’avant-match face aux «Pharaons». Et l’issue de la finale de la 33e édition lui a donné raison. Même si tout n’a pas été facile avec un passage par la séance fatidique des tirs au but au terme d’un match maîtrisé mais sans marquer. Contrairement à 2019, les «Lions de la Téranga» n’ont pas vu leur pied trembler pour se poser sur le trône. Le soulagement était ressenti chez leur coach après 6 années d’un travail acharné. «Champion d’Afrique ! Ce fut long, ce fut difficile, mais on n’a jamais abandonné. Ce match aussi fut difficile. On a eu notre temps fort au tout début, ce penalty qu’on a loupé, d’autres opportunités qu’on n’a pas su concrétiser.
Après le match s’est équilibré, les garçons n’ont jamais abandonné. Ce match, nous l’avons préparé dans tous les sens, on savait qu’on pouvait aller en prolongation ou gagner aux tirs au but, on n’a jamais douté, on a toujours eu la foi, on a continué à se battre sur le terrain», a-t-il lâché.

Croire en la bonne étoile
En effet, les camarades de Sadio Mané se sont battus pour finir par être consacrés. Malgré la désillusion d’il y a deux ans et demi, ils ont pu re-postuler et être couronnés au prix d’une détermination à ne pas contester. Triompher au pays du quintuple champion d’Afrique, face à une sélection primée à 7 reprises à ce niveau ne pouvait que réjouir Cissé. «Nous dédions cette victoire au peuple sénégalais, depuis les indépendances, on court derrière. Maintenant sur notre maillot, on a une étoile nous aussi. Le Cameroun est une terre de foot, gagner ici est un symbole, et gagner face à l’Égypte, qui a remporté sept CAN, est un autre symbole, c’est ce que je disais à mes joueurs, ils ont écrit l’histoire», savoure l’ami de Djamel Belmadi.
Il fallait croire en la bonne étoile malgré la grisaille qui a envahi le ciel en 2002 et 2019. L’actuelle première nation africaine au classement FIFA a complètement assumé son rang malgré la constante pression. Les nouveaux maîtres de l’Afrique ne pouvaient pas se permettre de ne rien gagner avec cette formidable génération. Aujourd’hui, ils sont les rois de l’Afrique et leur avènement ne peut souffrir d’aucune contestation.