Deux prétendants pour une seule place au firmament. Le Sénégal et l’Egypte s’expliqueront ce soir (20h) en finale de la Coupe d’Afrique des nations dans sa 33e édition. D’un côté, il y a les Egyptiens qui ont déjà connu 7 consécrations. De l’autre, on retrouve les Sénégalais, vice-champions du continent, qui espèrent signer le tout premier couronnement pour leur 3e postulation.

Par Mohamed Touileb
Ce soir, l’Algérie cèdera officiellement sa place sur le trône de l’Afrique. C’est soit le Sénégal, qu’elle avait battu en finale lors de la CAN-2019, soit l’Egypte qui connaîtra un avènement au terme de cette explication qui déchainera les passions dans les deux nations.

La résilience égyptienne
À vrai dire, on attendait les Sénégalais à ce niveau de la compétition. Cependant, les Egyptiens ont eu un parcours de vaillants pour parvenir à accrocher une place pour le dernier jour de la prestigieuse compétition. A vrai dire, les Égyptiens, septuples vainqueurs dans cette épreuve (1957, 1959, 1986, 1998, 2006, 2008 et 2010), n’avaient pas le chemin le plus dégagé pour atteindre ce tour. Néanmoins, depuis le début de la phase à élimination directe, ils ont réussi l’exploit remarquable d’écarter trois gros morceaux à savoir la Côte d’Ivoire, le Maroc et le Cameroun, pays hôte, dans l’ordre. Mohamed Salah et ses compatriotes ont montré beaucoup de solidité dans pour atteindre le match 7. Quand on a la meilleure défense de l’épreuve (1 but encaissé), on présente un sacré argument pour durer dans un tournoi. Certes, sur les trois examens, les « Pharaons » ont dû disputer les prolongations pour composter le billet. Mais leur résilience a payé à chaque fois. Notamment quand ils ont joué les Camerounais, quintuples champions d’Afrique, en demies devant un stade Olembe complètement acquis pour les « Lions Indomptables ».

La montée en puissance des Sénégalais
En parallèle, les « Lions de la Téranga » ont eu un itinéraire moins sinueux car confrontés au Cap-Vert suivi de la Guinée équatoriale puis le Burkina Faso. Les protégés d’Aliou Cissé ont dominé les Capverdiens réduits à 9 en huitièmes. Par la suite, ils se sont défait des Equatoguinéens (3-1) puis les Burkinabés sur le même score en quart et en demie respectivement. Le point commun entre les deux prétendants du jour est qu’ils ont eu un premier tour pas vraiment maîtrisé. En effet, le Sénégal est passé grâce à un seul but inscrit sur penalty par Sadio Mané en 3 rencontres en totalisant 5 points (1 victoires et 2 nuls vierges) sur 9. De son côté, l’Egypte a mal amorcé sa campagne en se faisant battre par le Nigéria (1-0). Néanmoins, les protégés de Carlos Queiroz, qui manquera ce rendez-vous car expulsé en demie et suspendu pour deux rencontres, ont rectifié le tir en dominant la Guinée-Bissau et le Soudan sur la plus petite des marges (1-0). La montée en puissance des coéquipiers d’Idrissa Gana Gueye est à relever. En outre, on peut souligner le facteur fraîcheur qui penche en la faveur des finalistes malheureux de la CAN-2019 contre les « Fennecs ». Pour ce qui est de la récupération, les Sénégalais comptent un jour de repos en plus. Par ailleurs, les Egyptiens ont joué 3 prolongations ce qui équivaut à un match de plus. Non-négligeable et potentiellement préjudiciable pour une Egypte qui a, jusque-là, montré une abnégation imparable.