Ça y est, l’équipe nationale connaît son adversaire pour les quarts de finale de la Coupe d’Afrique des nations 2019 (21 juin – 19 juillet) en Egypte. Il s’agit de la Guinée qui n’est autre que la meilleure sélection (la seule à avoir glané 4 points contre 3 pour les autres) des quatre meilleurs troisièmes repêchés. Une explication prévue pour le 7 du mois en cours au stade 30 juin (Caire). Un tirage facile ? Pas vraiment.

Djamel Belmadi, sélectionneur national, a tenu à le souligner ! En conférence de presse après la victoire éclatante (3/0) lundi contre la Tanzanie pour le compte de l’ultime journée de la phase de poules, le technicien des Verts a averti que « beaucoup d’équipes peuvent nous arrêter. On est là avec beaucoup d’humilité. On sait que l’Egypte, le Maroc, le Sénégal sont de grandes équipes. On se prépare pour affronter n’importe qui et on fait tout pour donner le maximum.» Ses poulains n’affronteront pas de gros morceaux pour les huitièmes de finale. Du moins sur le papier puisque la Guinée n’est pas un ténor du continent. Surtout quand on sait qu’elle sera considérablement amoindrie à cause du forfait de Naby Keita, meilleur élément de l’équipe. En effet, le sociétaire de Liverpool a dû quitter le camp de base du «Syli National» à cause de douleurs persistantes à la cuisse. Il a pris la direction de l’Angleterre pour se faire diagnostiquer par les médecins des «Reds». Sa présence face aux «Fennecs» est donc quasiment compromise.

Difficile à manier
Rescapés du groupe « B » où figuraient le Nigéria et le Madagascar, qui a réalisé la sensation en terminant leader du quatuor, les Guinéens n’auront pas autant de pression que les coéquipiers de Riyad Mahrez. Forcément, le pensionnaire de Manchester City et ses compères seront les favoris pour ce duel et une place en quarts de finale. Si prochaine étape il y aura, ils pourraient affronter la Côte d’Ivoire ou le Mali. C’est dire qu’il n’y a pas vraiment à choisir niveau calibre. La sélection de Paul Put, qui a déjà emmené le Burkina Faso en finale de la CAN 2013, aura donc profité de la nouvelle formule de la compétition (passage de 16 à 24 participants) pour obtenir sa qualification. Une forme de dérogation qui suffit pour l’entraîneur Belge.
Ce dernier note que l’objectif est déjà atteint : « J’espère que les joueurs ont eu assez de confiance avec cette victoire (face au Burundi NDLR) qui donne un nouvel élan à l’équipe. L’objectif était d’atteindre le deuxième tour. On va travailler pour construire une équipe», prévoit celui qui est passé sur le banc de l’USM Alger l’emmenant en demi-finale de Ligue des Champions CAF en 2017. En décrypté, on comprendra que ses protégés joueront sans pression contre l’EN. Cependant, il y a le paramètre de l’histoire qui refait surface avec le bilan peu glorieux de l’Algérie contre la Guinée lors de rencontres officielles. A la lecture, on recense deux victoires pour 2 nuls et 4 défaites dont deux sur les 3 dernières confrontations en matchs à enjeu. La guigne est là, et il faudra la chasser pour poursuivre le rêve et le pourchasser.