Une production de plus de 43 000 quintaux (qx) de raisin de table précoce et «Bio» est attendue dans la wilaya de Ghardaïa pour la campagne de vendange 2018, entamée dernièrement, a annoncé le responsable des statistiques à la Direction des services agricoles (DSA).

Cette année, les vendanges ont débuté avec quelques jours de retard sur les années dites normales, suite à un hiver et printemps doux qui ont retardé la sortie des bourgeons latents de la vigne, a expliqué à l’APS M. Khaled Djebrit. La cueillette des grappes de raisins dans les vignobles dédiés à la production de raisin de table «précoce estampillé Bio», situés pour la plupart au sud de la wilaya, s’effectue manuellement. Accroupis devant un rang de vignes, les vignerons coupent soigneusement dans une ambiance festive, les grappes de raisin en enlevant les feuilles qui gênent avant de l’entreposer dans un panier. Selon le responsable des statistiques de la Direction des services agricoles de Ghardaïa, la superficie viticole en production dans la wilaya est estimée à près de 300 hectares, dont 40% consacrés à la variété de raisin «Sabelle’’, 30% à la Cardinal et 30% aux variétés Dattier et Muscat. La filière viticole a débuté, selon M. Djebrit, avec 70 hectares durant l’année 2000 à la faveur du lancement du Plan national de développement agricole (PNDA), avant d’atteindre en 2018 la superficie de 400 ha, précisant, qu’en plus, de nombreux habitants de Ghardaïa possèdent des vignes dans leurs courettes ou palmeraies, pour leur autoconsommation. Le développement de la filière viticole dans le sud de la wilaya a été favorisé par de nombreux facteurs, particulièrement l’existence d’un potentiel hydrique important et de qualité «minérale», le climat et le sol. La production du raisin de table est en nette progression dans la région, elle est passée de 100 qx à l’hectare durant l’année 2005 à plus de 200 qx en 2018, a relevé le responsable. De par leur climat, la disponibilité de l’eau et la qualité du sol, les régions de Hassi-Lefhal et El-Menea se prêtent à la viticulture et donnent de grandes grappes dépassant souvent le poids de deux kilogrammes, a affirmé Hadj Mohamed, un agriculteur de Hassi-Lefhal. «Tout pousse sur cette terre irriguée par une eau minérale extraite des entrailles du sol», estime l’agriculteur précisant que le seul problème rencontré est la «rareté» de la main d’œuvre, une main d’œuvre qu’il faut ramener d’ailleurs, car «les jeunes de Ghardaïa ne veulent pas travailler la terre’’. Le secteur viticole de la wilaya de Ghardaïa s’étend actuellement sur plus de 400 ha englobant une quinzaine de producteurs enserré dans la région désertique et poussiéreuse située au sud de la wilaya. Il assure une production de près de 42 000 qx de raisin de table commercialisés au niveau des souks locaux et du marché national et constitue une source financière importante pour la population locale.