Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid a reçu les représentants du Bureau national du Syndicat national des praticiens libéraux, avec lesquels il a évoqué les dernières démarches administratives et logistiques relatives à l’implication des cliniques privées dans l’opération de vaccination contre le Coronavirus (Covid-19), prévue le 04 septembre en cours, a indiqué hier un communiqué du ministère. Dans le cadre des efforts du ministère visant la promotion de la campagne de vaccination anti-Covid-19, le ministre de la Santé a reçu une délégation du Bureau national du Syndicat national des praticiens libéraux, représentée par MM. Moubarak Haykel et Belbaoueb Lokman, à l’effet de «parachever les dernières démarches administratives et logistiques relatives à l’association des cliniques privées dans l’opération de vaccination, prévue le 04 septembre en cours», a précisé le communiqué. A cette occasion, M. Benbouzid a salué «le rôle majeur» des praticiens libéraux dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, à travers la prise en charge des patients au niveau de leurs cliniques, rappelant à ce propos «les grands sacrifices» de l’armée blanche depuis l’apparition de la pandémie jusqu’à ce jour.
Le ministre a souligné en outre que la participation du secteur privé dans la campagne de vaccination se voulait «un acquis supplémentaire» pour le système sanitaire en Algérie, d’autant que l’opération de vaccination demeure «l’arme unique» pour limiter le nombre de décès dus au virus. A cet effet, le ministre de la Santé s’est dit «optimiste» quant à la réussite de la campagne nationale de vaccination anti-Covid-19, et ce au vu de «la confiance placée par les citoyens en leur médecin traitant». Dans ce sillage, le ministère de la Santé «lancera un guide au profit des médecins libéraux incluant nombre de directives administratives et techniques à même d’assurer la réussite de la campagne nationale de vaccination», a souligné le communiqué. Ledit guide fixera une série de conditions et d’éléments nécessaires au médecin libéral en vue d’effectuer la vaccination au niveau de sa clinique, lesquels se déclinent en mesures à respecter, dont notamment «l’identification de la catégorie des médecins autorisés à pratiquer la vaccination. Il s’agit là des médecins généralistes et spécialistes agréés titulaires d’une assurance de responsabilité civile professionnelle, et ce après avoir suivi une formation spécialisée». Le guide souligne également «l’impératif de l’aménagement, au niveau du cabinet, d’un espace réservé à la vaccination, lequel devra être doté de tous les moyens nécessaires à cette opération».
La prise de rendez-vous préalable est nécessaire pour les citoyens dont le nombre est fixé selon les doses disponibles au niveau de la clinique, acquises auprès des établissements publics de la santé de proximité. Tous les citoyens, âgés de plus de 18 ans, peuvent se faire vacciner au niveau de ces cliniques».
A noter que le guide inclut «les détails relatifs à la pratique de la vaccination anti-Covid-19 au niveau des cliniques privées, une opération qui intervient après l’association des pharmaciens d’officine dans une démarche qui vise à vacciner un plus grand nombre de citoyens», conclut la même source. (APS)