La réussite de la campagne de vaccination contre la Covid-19, qui devrait débuter dès l’arrivée des premières doses du vaccin russe Spoutnik V, est tributaire d’une bonne organisation logistique, et ce, en associant tous les partenaires et les professionnels de la santé, a déclaré Dr Lyes Merabet, président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP).
Intervenant dimanche sur les ondes de Chaîne III de la Radio nationale, Dr Lyes Merabet estime qu’une bonne organisation de cette campagne débute déjà par la communication et la sensibilisation de la population sur l’importance de se faire vacciner. Et ce de manière explicative et en apportant des réponses aux Algériens qui se posent déjà beaucoup de questions. Il ajoute qu’il est également important d’informer la population, notamment sur les procédures de l’organisation des rendez-vous pour se faire vacciner à distance afin d’éviter les déplacements inutiles des gens.
A propos du choix des autorités de mobiliser les structures de santé, notamment, les polycliniques, par rapport à la disponibilité de certaines commodités et de certains moyens, selon le président du SNPSP «c’est un peu exagéré pour cette opération» qui reste «un simple acte vaccinal».
Toutefois, par rapport au nombre très élevé des personnes cibles concernées par la vaccination, «si les structures de santé sont adaptées dans un premier temps, je pense, qu’il faut par la suite utiliser les salles de sport et les grands espaces publics, comme l’a fait l’Angleterre».
Par ailleurs, il a rappelé le lourd tribut payé par le personnel de la santé qui a enregistré depuis le début de la pandémie plus de 12 000 cas de contamination à la Covid-19 et, malheureusement, 153 décès dans le corps médical et 185 au niveau de tous les travailleurs de la santé.
Lyes Merabet souligne ainsi le fait que «la vaccination est là aujourd’hui et c’est un début de la solution au problème de la crise sanitaire. J’espère que nous allons la réussir chez nous et aussi au niveau mondial».
Pour sa part, le professeur et chef de service de médecine légale au CHU Mustapha-Pacha, le professeur Rachid Beljhadj, a affirmé qu’«aucun cas d’effets indésirables graves sur les personnes auxquelles on a administré le vaccin Spoutnik V n’a été enregistré dans le monde à ce jour». Il a ainsi souligné que tous les vaccins anti-Covid qui vont être importés ont déjà été testés dans plusieurs pays. «Il faut savoir que les vaccins qui sont utilisés en Algérie ne sont pas employés pour la première fois», a-t-il précisé. Le professeur Rachid Beljhadj a ainsi souligné que le vaccin russe Spoutnik V, dont l’Algérie attend la réception des premiers lots dans les prochains jours, est déjà utilisé dans plus de 50 pays dans le monde, tout en affirmant que «des scientifiques algériens de haut niveau suivent au quotidien les informations concernant le moindre danger pouvant venir de ces différents vaccins au niveau international».
Les femmes enceintes, les enfants et les personnes allergiques exemptées
Par ailleurs, le Pr Riad Mehyaoui, membre du Comité scientifique de lutte contre la Covid-19, a précisé la catégorie de personnes exemptées du vaccin. «Les femmes enceintes, les personnes présentant une allergie aux composants du vaccin ainsi que les enfants» ne sont pas concernés par le vaccin contre la Covid-19, a-t-il indiqué.
De son côté, le chef du service des maladies thoraciques de l’hôpital de Rouiba, le professeur Abdelbasset, a mis en garde «les personnes souffrant de maladies allergiques sur le risque de recevoir le vaccin par crainte de complications qui ne seraient pas prises en compte et imprévues».
Rappelons que les catégories prioritaires qui bénéficieront du vaccin contre le coronavirus ont déjà été annoncées par les autorités sanitaires. Il s’agit en l’occurrence des corps du secteur de la santé et des secteurs stratégiques, les personnes âgées, ainsi que les patients atteints de pathologies chroniques. n