L’Association nationale des plombiers algériens a lancé, depuis le début de la saison hivernale, une campagne «porte-à-porte» afin de sensibiliser les citoyens, notamment les femmes au foyer, sur les risques liés au non-respect des règles de sécurité.

Maux de tête, vertige, pertes de connaissance, coma, voire décès… Le monoxyde de carbone est invisible, inodore et asphyxiant. Il ne prévient pas et tue sans que l’on s’en rende compte. Le monoxyde de carbone est responsable depuis début janvier de près de 60 morts et plus de 600 personnes incommodées par les inhalations ont été secourues.
Face au nombre sans cesse croissant des victimes d’asphyxie au monoxyde de carbone et des explosions, l’Association nationale des plombiers algériens a décidé de se lancer dans une campagne un «peu spéciale» contre les risques de ce «tueur invisible et silencieux», en investissant cette fois-ci les foyers pour atteindre le plus grand nombre d’utilisateurs.
Le président de l’Association nationale des plombiers algériens, Lagara Abdellah, a affirmé : «Nous avons recouru à la méthode du porte-à-porte, une opération de proximité d’un grand impact qui permet à nos équipes de relever directement les anomalies liées à l’exploitation de cette énergie et d’y remédier.» Il indiquera que «depuis le début de l’opération, on a parcouru Oran et Constantine, où plus de 120 foyers ont été visités», ajoutant que «des diagnostics qualité ont été proposés aux propriétaires et ce gratuitement». «Dans certains foyers, il était cependant nécessaire de renforcer la sécurité des installations. Les propriétaires pouvaient recourir à nos services, et ce, avec une réduction de 30 à 40% du devis». Selon lui, le porte-à-porte permet d’établir un rapport privilégié avec tous types de locuteurs. Cette opération, au-delà de son objectif premier, la sécurité, permet de prévenir, voire de signaler les dangers de mort. Il estime que «75% des cas d’intoxication par le monoxyde de carbone recensés jusque-là étaient dus au non-respect des procédures de nettoyage et de maintien des appareils de chauffage avant leur mise en marche au début de chaque saison hivernale». Il a cité, également, l’obstruction des trous d’aération lors des travaux de modification ou de transformation à l’intérieur des foyers, et le non-respect des règles de sécurité lors de l’installation des appareils de chauffage. «Cependant, certains n’étaient pas coopératifs et ne voulaient pas réparer leurs installations, malgré les défaillances et les risques», a-t-il déploré. Il a expliqué que «le citoyen est tenu de respecter certaines procédures avant l’achat et l’installation des chauffages afin de protéger sa vie et celle de sa famille». «Le citoyen est appelé à recourir aux plombiers professionnels justifiant d’une expérience suffisante pour reconnaître les appareils d’origine et éviter ainsi tout éventuel danger», a-t-il conclu. Par ailleurs, la campagne se poursuivra pour pouvoir toucher les habitants de plusieurs wilayas. Il a ajouté que «son association rencontrera les stagiaires des centres de formation professionnelle en plomberie à Dar El Beïda, mardi prochain, afin de toucher le plus grand nombre possible d’utilisateurs».