Le président du Syndicat national algérien des pharmaciens d’officine (SNAPO), Messaoud Belambri, a révélé hier à Alger, l’implication de 1.200 pharmaciens à travers le pays dans l’opération de vaccination des citoyens contre le coronavirus (Covid-19), notant que ce chiffre est appelé à augmenter dans les prochains jours.

En marge de la 14e édition de la Conférence nationale du Syndicat, Dr Belambri a fait savoir que 1200 officines travers le pays effectuaient à titre gracieux l’opération de vaccination contre le coronavirus, en plus des établissements et des cliniques publics, dans le but de «rapprocher la santé du citoyen d’une part et d’alléger la pression sur les structures relevant du ministère d’autre part». Il a indiqué, à ce propos, qu’entre 10 et 30 citoyens pouvaient bénéficier quotidiennement des vaccins disponibles au niveau des officines, soulignant que d’autres pharmacies sont appelées à se joindre à cette importante campagne, qui se poursuit jusqu’à la fin de l’année pour atteindre l’objectif fixé par les pouvoirs publics, à savoir la vaccination de 70% des citoyens pour endiguer le virus. Concernant la gestion du dossier des psychotropes, le même responsable a rappelé les évolutions intervenues, notamment en termes de réglementation et de nouvelles lois depuis 2020, avec l’élaboration de la liste élargie de ces substances afin de s’assurer qu’elles sont fournies à de véritables patients qui en ont besoin et d’établir les conditions appropriées pour que les professionnels de santé puissent exercer leur travail. Pour sa part, le Président du Conseil national de l’ordre des pharmaciens (CNOP), Dr Noureddine Mettioui, s’est dit satisfait de l’implication des pharmaciens d’officines dans l’opération de vaccination et de l’élaboration d’un guide de cette opération, soulignant qu’il s’agit d’un «maillon important» dans la chaîne de traitement. Par ailleurs, Dr Mettioui a annoncé que les préparatifs étaient en cours pour la création d’un dossier des personnes atteintes de maladies chroniques au niveau des officines, afin de donner un nouvel élan à leur prise en charge, d’éviter les accidents résultant du mauvais usage des médicaments et d’orienter le patient pour assurer un bon suivi. Il a également évoqué la création du poste d’aide pharmacien et de suivre les évolutions scientifiques enregistrés dans le monde conformément aux développements et à l’évolution de la société.(APS)