Le timing et le temps ont, encore une fois, fait défaut à la Fédération algérienne de football (FAF) qui ne semble pas en avoir la notion. En effet, la Confédération africaine de football (CAF) a rejeté, hier, la candidature de Ould Zemirli qui postulait pour les élections, programmées pour début février prochain, de son Comité Exécutif.

Le motif de l’instance confédérale est: le dépôt hors délai, fixé au 07 décembre écoulé, du dossier de candidature. Ainsi le 2e vice-président de la FAF ouvre grand la voie au patron de la Fédération libyenne, Djaffar Djamel, qui devient l’unique candidat pour ce poste pour la zone Afrique du Nord. Une négligence qui suscite nombreuses interrogations quant à représentativité continentale de l’Algérie et le manque de sérieux sans précédents pour ce qui est des démarches et délais. L’affaire Ould-Zemirli confirme qu’il faut hospitaliser notre balle ronde. En urgence !
M. T.