Synthèse Selma Allane
Nommé le 13 septembre 2022 à la tête de la Médiature, Madjid Ammour a été installé officiellement dans ses fonctions, hier, par le directeur de Cabinet du chef de l’Etat Abdelaziz Khellaf. Dans son intervention lors de la cérémonie d’installation, M. Khellaf a mis en exergue le rôle «important» de la Médiature de la République, appelée à rechercher des solutions aux problèmes «par tous les moyens, innovants ou traditionnels». «Le plus important pour nous est d’avancer sur la voie du développement et de contribuer à l’édification du pays en associant les citoyens dans la résolution de leurs problèmes. Nous serons ainsi en mesure de fournir le service demandé par le citoyen», a-t-il souligné, mettant l’accent sur l’importance de «servir l’Algérie de la meilleure manière possible».
Saluant les efforts déployés ces derniers mois par la Médiature sous la direction de M. Brahim Merad, aujourd’hui ministre de l’Intérieur, dont la travail a valu à l’institution «estime et considération», M. Khellaf s’est dit confiant quant à la disposition des délégués locaux du Médiateur à continuer sur cet élan.
Pour sa part, le nouveau Médiateur de la République a affirmé son engagement à œuvrer «loyalement et efficacement pour être à la hauteur de la lourde mission de prise en charge des préoccupations des citoyens et de préservation de leurs droits».
M. Ammour a appelé, par là même, tous les cadres de la Médiature de la République «à poursuivre leurs efforts, voire les redoubler, au titre d’une approche novatrice permettant à la Médiature d’accomplir pleinement ses missions», les exhortant «à contribuer à la généralisation des mécanismes de lutte contre la bureaucratie et à l’amélioration du niveau des prestations fournies par les différentes structures publiques, en sus de la consécration de la bonne gouvernance».
M. Ammour a rejoint la Présidence de la République en tant que chargé d’études et de synthèse (CES) avant d’être nommé SG des services du Médiateur de la République.