Un texte attribué au célèbre penseur américain, Noam Chomsky (91 ans) circule depuis plusieurs jours sur les médias sociaux, et partagé par plusieurs internautes algériens . En langue arabe, et intitulé « La reconstruction par la destruction », il ressemble plus à un tract rassemblant plusieurs hypothèses de «complotistes» qu’un texte qui puisse être de l’envergure du penseur américain. Il n’est pas question ici de démentir ou de donner de la crédibilité au contenu, mais plutôt de la « nature » de cette fake news dont plusieurs algérien(ne)s ont été des victimes, consentantes et  souvent ravis de partager l’écrit. Des lecteurs qui aiment lire ce qu’ils veulent croire.

Le texte en question est présenté, dans la quasi-majorité des publications circulant sur les médias sociaux, sous deux formes. La première, en tant qu’une contribution de Noam Chomsky à un magazine « digital » dont le titre serait «  Le numérique de l’insurgé » ! Un média inconnu qui aurait donc eu la primauté du texte de Chomsky ! le hic c’est que « le numérique de l’insurgé » n’existe nulle part. Aucune trace de lui.

La seconde « forme » de  « La reconstruction par la destruction » ne donne pas de source, si ce n’est qu’un certain « Ismail Ait Yechou » aurait traduit le texte de l’espagnol vers l’arabe. Aucun autre détail. Quelle est la source espagnole ? Niet, nada! Qui est le traducteur ? Encore aucune trace de lui. Walou!

Cette énième fake news vient surtout démontrer qu’à force de vouloir lire ce qu’on veut croire, on tombe très souvent sur de fausses « pistes ». Ce ne sera ni la première fois ni la dernière.

Mais finalement, quel est l’avis de Noam Chomsky sur la crise mondiale engendrée par la propagation du coronavirus ? La réponse n’est pas un texte aux fausses sources. Elle est en son et en image. Un entretien vidéo entre le penseur américain et un jeune philosophe croate, Srećko Horvat. C’est sur la chaîne Youtube du mouvement européen Diem25 dont ce dernier est un membre actif. Dans cette vidéo d’un peu plus de 30 minutes Noam Chomsky réitère ses positions sur les maux du néolibéralisme et sur le «bouffon sociopathe » qu’est pour lui le président américain.

Concernant le coronavirus, le penseur américain affirme que c’est un problème « assez grave », mais que l’humanité va pouvoir s’en sortir. S’il est optimiste pour l’issue de la crise actuelle, suscitée par la pandémie, pour l’avenir il ne cache pas son inquiétude. D’ailleurs, le coronavirus pour lui n’est qu’ « une fraction des crises majeures qui arrivent ». Il en dénombre deux menaces : une guerre nucléaire, et le réchauffement climatique. Ne voulant pas cacher son alarmisme, il précisera que si avec le coronavirus « il y aura une reprise »,  même s’il risque de donner « des conséquences terribles », avec la guerre nucléaire, « plus proche que jamais » et le réchauffement climatique, il ne sera plus question d’un retour à la normale. Le seul espoir, lance Noam Chomsky, est une prise de conscience par les humains du danger qui les guette. Il posera d’ailleurs une question qu’il répète depuis longtemps : « Quel monde voulons-nous ? ».

#C19 (04): crimes contre l’humanité