El Battah, petite plage isolée dépendant de la commune de Ben M’Hidi dans la wilaya d’El Tarf, a été à l’origine du démantèlement d’un réseau de trafic de cocaïne avec la saisie de 25 grammes de cette drogue dure dont la consommation se développe.

Récemment, à la suite de l’interpellation par les éléments de la Gendarmerie nationale en patrouille sur cette même plage d’un individu en flagrant délit de consommation de cette drogue, une enquête a été déclenchée pour remonter la filière et ainsi identifier et arrêter les membres de cette organisation criminelle. La perquisition du domicile du suspect à Annaba a donné lieu à la saisie de 6 g de cette substance prohibée et une somme de 140 000 DA. Les enquêteurs, qui ont poussé plus loin leurs investigations, ont réussi à identifier trois autres individus impliqués dans ce trafic en possession du reste de la quantité saisie, l’un d’entre eux était en possession à lui seul de 14 g de cocaïne et de 400 000 DA, somme provenant probablement de ce trafic qui commence à prendre de l’ampleur.
Présentés au parquet, les mis en cause ont été mis sous mandat de dépôt par le magistrat instructeur en attendant la poursuite de l’enquête qui aboutira certainement à l’arrestation de tous les membres dont deux sont activement recherchés pour avoir été désignés comme étant les chefs de ce réseau criminel.
Pour rappel, cette saisie est venue quelques jours après celle effectuée par la brigade de lutte contre la drogue d’El Hadjar, dépendant de la sûreté de wilaya de Annaba, qui ont pu mettre la main sur 100 g de cette drogue dure au cours d’une opération où quatre individus impliqués dans ce trafic avaient été arrêtés. Le principal suspect est un émigré algérien qui supervisait ce trafic entre Marseille et Annaba via le port et l’aéroport de cette dernière ville.

Encore une saisie de corail destiné à l’exportation via la Tunisie
29 kg de corail ont été saisis par les services de la Gendarmerie nationale à Oum T’boul près de la frontière algéro-tunisienne, quantité apparemment destinée à être exportée vers ce pays voisin pour être acheminée vers l’Italie, où ce polype, très prisé, coûte cher.
C’est au niveau d’un barrage dressé sur la RN44, route menant au poste frontalier d’Oum T’boul, qu’un véhicule avait été arrêté ; une vérification d’identité des quatre occupants avait établi qu’ils étaient tous de la région. Une fouille minutieuse avait été effectuée à l’issue de laquelle il avait été découvert cette importante quantité de corail. Les quatre individus ont été arrêtés et l’enquête se poursuit. Selon les premiers éléments, ces derniers devaient juste convoyer cette marchandise jusqu’aux frontières. Le relais est pris par une autre bande qui se chargera de le transporter pour enfin l’exporter vers l’Italie via un réseau spécialisé. La réception du « colis » se fera dans l’un des ports de la péninsule pour être revendu au prix fort dans les boutiques spécialisées. Cette richesse nationale bradée à des prix défiant toute concurrence profite à des braconniers, des contrebandiers, des passeurs et des trafiquants sans scrupules qui amassent des fortunes ne se souciant guère des ravages causés à l’environnement en détruisant le milieu naturel de la faune et de la flore marine.