PAR MILINA KOUACI
A partir de dimanche prochain, les élèves devraient avoir leurs relevés de notes. Outre le boycott de la remise des notes par le Cnapeste, toutes les écoles n’ont pas tenu les conseils de classes. Il est ainsi difficile de s’exprimer, selon nos interlocuteurs, sur le niveau des élèves en ce 2e trimestre.
Le boycott de la remise des notes par le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapeste) est toujours maintenu. Avec la reprise des cours dimanche prochain, les élèves risquent de ne pas avoir leurs bulletins de notes comme cela a été le cas lors du premier trimestre.
Ce syndicat devait statuer la semaine écoulée sur le maintien ou la suspension du boycott de remise des notes, mais son conseil national extraordinaire a été reporté à une date ultérieure. D’ailleurs, accuse le Cnapeste, les enseignants qui s’abstiennent de remettre les notes des élèves n’ont pas perçu la prime d’indemnité de soutien scolaire et de remédiation pédagogique (ISSRP) versée la veille de Ramadan. Un acte «provocateur» qui risque de «pourrir davantage la situation», alerte le syndicat.
Afin d’atténuer la colère des parents qui leurs reprochent de prendre en otage les élèves, le Cnapeste les a invités à se rapprocher des enseignants pour s’enquérir du niveau de leurs enfants tout en rappelant avoir effectué la correction collective avec les élèves en classe qui ont pris, connaissance de leurs notes trimestrielles.
Interrogé sur les résultats obtenus au deuxième trimestre, le président de l’Union nationale des parents d’élèves (UNPE) Hamid Sadi estime qu’il est impossible d’évaluer le niveau des élèves, car un nombre important d’écoles n’ont pas tenu de conseil de classes. De son côté, le secrétaire général du Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef) pense que les notes ne reflètent pas seules le niveau des élèves. Comme l’UNPE, Zoubir Rouina, secrétaire général du Conseil des lycées d’Algérie (CLA), dit qu’il est difficile de se prononcer sur les résultats obtenus, car il y a des écoles qui n’ont pas encore tenu leurs conseils de classes.