Envoyé au tapis dans la 6e reprise, VasilLomachenko a finalement triomphé de Jorge Linares par arrêt de l’arbitre dans la 10e pour s’emparer du titre WBA chez les poids légers, dans la nuit de samedi à dimanche à New York.

Dans un Madison Square Garden quasiment tout acquis à sa cause, VasilLomachenko n’a pas déçu. Face au Vénzuélien Jorge Linares, l’Ukrainien a pris possession de la ceinture WBA des poids légers par arrêt de l’arbitre à la 10e reprise. Une puissante gauche au foie a permis à «Loma» de remporter un titre mondial dans une troisième catégorie de poids en seulement 12 combats professionnels. Personne n’avait réalisé un tel enchaînement aussi vite.

A terre à la 6e reprise
La vitesse, justement, c’est la marque de fabrique de l’Ukrainien qui est monté en puissance durant la première moitié du combat après un premier round timide. Marquant particulièrement son adversaire à l’œil gauche, il prenait les commandes jusqu’à ce coup de tonnerre de la sixième reprise, intervenu sous la forme d’un direct du droit de Linares. Sous la puissance du coup, qu’il a pris en pleine face, Lomachenko vacillait puis tombait sur les fesses avant de se relever immédiatement. A priori sans plus de dommages mais en prenant soin de ne pas prendre le moindre coup dans les vingt dernières secondes du round.
Linares a alors mieux apprécié les déplacements de son adversaire, parvenant à toucher le double champion olympique au visage à plusieurs occasions quand celui-ci avançait. Mais dans une arène newyorkaise plus tendue, Lomachenko a fini par faire la différence à la dixième reprise. Alors que les deux boxeurs étaient à égalité après neuf reprises selon la marque des trois juges, Lomachenko est reparti de l’avant.

«Mon père m’a dit de le viser au corps»
Dans cette dixième reprise, ce fut d’abord sous la forme d’une série d’uppercuts au terme desquels Linares a fait mine d’inviter son adversaire à revenir à la charge. Puis au cœur d’un enchaînement au visage, il foudroyait son adversaire au corps.
«Mon père (qui est aussi son entraîneur) m’a dit de le viser au corps», a expliqué le vainqueur. D’abord un genou à terre, puis les deux, Linares était incapable de se relever totalement. «Ses coups au visage ne m’inquiétaient pas plus que cela et j’avais bien encaissé un premier gros coup au corps mais sur celui-là, il m’a surpris», a avoué le vaincu, encore assis devant son coin plus d’une minute après la fin du combat, montrant du gant ce foie meurtri.
La colonie ukrainienne pouvait à nouveau exploser de joie et enflammer l’arène mythique, où Lomachenko se produisait pour la première fois après deux combats dans la salle secondaire du «Theater». Le Madison Square Garden, le vrai, est désormais le théâtre de la plus belle victoire de «Loma». «Linares est un grand champion et c’était un grand combat pour les fans et tout le monde», a souligné l’Ukrainien qui garde toutes les options ouvertes pour la suite.