Il est incontestablement l’un des Algériens les plus constants et les plus prolifiques en club depuis quelque temps. Certes, il ne joue pas dans un championnat huppé parce qu’il pratique son métier au Qatar mais Baghdad Bounedjah semble bien être d’une classe au-dessus du côté du Golfe.

Pour preuve, lundi, c’est lui qui a grandement aidé Al-Sadd SC à s’imposer en Iran face à l’Esteghlal Tehran FC (1/3) en quarts de finale « aller » de la Ligue des Champions d’Asie. Un doublé et une passe décisif qui mettent les siens en ballottage favorable pour une place dans le carré d’as. En termes de buts, aucun autre attaquant ne fait mieux que l’Algérien (11 réalisations en 9 rencontres) dans le tournoi asiatique. Une statistique brillante qui se passe de commentaires.
On lui a souvent reproché d’évoluer dans une « ligue qatarie faible » mais il a toujours su montrer qu’l est fort. Il est même très fort si l’on se fie à ses chiffres et ses performances avec la formation 13 fois championne du Qatar. L’ancien sociétaire de l’USM El-Harrach marque plus qu’il ne joue avec 77 pions en 61 apparitions avec la tunique grena. Rien que ça. Récemment, il a même planté un historique septuplé dans la compétition domestique contre Al-Arabi lors du large succès 10 buts à 1.
Une prestation qui a fait le tour de la toile et les sites sportifs du monde entier. Trouver le chemin des filets autant de fois n’est pas anodin. Il est même révélateur de la qualité de ce fer de lance qui a tout d’un vrai chasseur de buts. Beaucoup risquent de minimiser cette prouesse footballistique avant le récurent argument sur le niveau technique au Qatar. Néanmoins, l’Oranais sait qu’il a accompli quelque chose de grandiose. Et c’est l’histoire qui le dit et qui le garde.

 

Réponse sur le terrain pour les détracteurs
Dans un entretien paru le 17 août dernier dans le quotidien spécialisé« Le Buteur », l’ex-sociétaire de l’Etoile Sportive du Sahel (Tunisie) a laissé entendre qu’il préférait faire parler la poudre que répondre à ses détracteurs ailleurs que sur le terrain. « Franchement, je m’y attendais et je voulais vraiment que vous me posiez cette question. Alors, je dois d’abord dire que je suis quelqu’un qui respecte beaucoup la réaction de ces gens-là, mais j’ai juste envie de leur dire qu’avant moi il y a eu un certain Raul Gonzalez qui est passé par Al Sadd, mais que je sache, il n’a pu réaliser une telle performance. Raul a écrit en lettres d’or l’histoire du football mondial avec le Real Madrid et l’Espagne, donc je ne suis pas fou pour me comparer à lui, seulement je veux juste dire que de grandes stars du football mondial sont passées par la Qatar Stars League sans jamais marquer 7 buts en un match ou peut-être 5 ou 6 buts à part l’Irakien Younes Mahmoud », a-t-il rappelé.
Le vainqueur de la Coupe de la Confédération CAF avec l’ES Sahel en 2015 a ajouté : « je dirais à ces gens-là que je remercie Dieu de m’avoir permis d’écrire mon nom dans ce championnat, et c’est aussi un grand honneur pour moi de représenter mon pays ici au Golfe. Incha’Allah lorsque je décrocherai mon contrat en Europe, je vais encore prouver ce que je sais faire sur le terrain.» Ça a le mérite d’être clair.

Une véritable carte pour l’attaque des « Verts »
S’il flambe en club, Bounedjah a tout à prouver avec l’équipe nationale. En 15 capes, il a fait trembler les filets à 4 reprises seulement. On est loin de la réussite qu’il affiche avec Al-Sadd où il tourne à plus de 1 but/match. Aussi, le fait qu’il n’exerce pas en Europe lui a souvent porté préjudice puisqu’il n’a jamais été le choix « numéro 1 » en attaque chez les « Fennecs ». Même lorsque Islam Slimani n’avait pas assez de temps de jeu, il a gardé le statut de titulaire juste parce qu’il joue en Angleterre (Leicester City puis Newcastle). Depuis quelque temps, on a l’impression que Bounedjah a pris une longueur d’avance sur le 4e meilleur baroudeur de l’histoire de l’EN en nette perte de vitesse. Slimani n’a fait mouche qu’une fois lors de ses 9 dernières sélections. De son côté,Baghdad a dégoupillé à 3 reprises à l’occasion de ses 4 dernières apparitions avec le maillot d’ « El-Khadra ». Les chiffres plaident pour lui outre ses contacts très sérieux avec des formations européennes. À 26 ans, c’est vraisemblablement le moment pour lui de rallier le Vieux Continent. En tout cas, ses dirigeants lui ont promis un bon de sortie dès le mercato hivernal. « Je ne vous cache pas que j’ai reçu plusieurs offres cet été en provenance de différents championnats européens. Je voulais absolument partir pour vivre autre chose, mais mes dirigeants à Al Sadd ont refusé de parler de mon transfert. On m’a alors demandé de rester au club au moins jusqu’au mercato d’hiver. A Al Sadd on veut jouer à fond la Champions League qui est notre objectif pour cette année et mon départ en Europe ne peut intervenir avant 6 mois. C’est ce qui m’a été promis par la direction », a-t-il révélé. Le moment est venu pour passer au palier supérieur pour un gars venu tout droit des divisions inférieures du football Dz. Un jeune qui évoluait, il y a 8 ans, chez le RCG Oran avant que Boualem Charef, aujourd’hui DEN à la FAF, ne lui donne la chance de signer à l’USM El-Harrach et se révéler au grand monde.