Un programme de festivités non stop, d’une durée d’une semaine a été lancé, jeudi, au niveau du village Tiza sur les hauteurs de la commune montagneuse d’Ammal, à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Boumerdès , dans le cadre de la célébration du Nouvel an amazigh 2967. En effet, ce petit village de 3 000 âmes a commencé, très tôt dans la matinée, à accueillir ses nombreux visiteurs venus tant de l’intérieur que de l’extérieur de Boumerdès, afin de partager avec ses habitants leur joie à l’occasion de Yennayer. Tous les moyens humains et matériels nécessaires ont été mis à contribution grâce à l’association culturelle Tafath Tiza, qui prépare l’évènement depuis des mois, en vue de célébrer cette journée particulière dans la joie et le faste.
Outre un grand nombre d’invités, les autorités de la wilaya étaient présentes à ces festivités et avaient procédé à l’inauguration d’expositions multiples mettant en exergue le patrimoine culturel amazigh.
Des expositions artisanales (poterie, habits traditionnels, vannerie), de gastronomie populaire, d’instruments musicaux, de peinture à l’huile et du livre amazigh ont été également montées au niveau de la place principale du village.
Parallèlement, l’opportunité a donné lieu à l’inauguration d’expositions de toiles mettant en exergue des scènes de la vie quotidienne en Kabylie, ainsi que de la vie rurale, présentées, respectivement, par les artistes Tamani Achour et Louisa Amrani. Une caravane d’enfants vêtus d’habits traditionnels a, en outre, sillonné toutes les ruelles du village, qui devrait également abriter des exhibitions folkloriques. Une virée touristique est au programme de l’évènement pour faire la promotion du tourisme de montagne, ainsi que de tournois sportifs. Selon le président de l’association Tafath Tiza, chargée de l’organisation de l’événement, Djelad Mokhtar, il s’agit du troisième Yennayer célébré dans ce village, pour « faire revivre les valeurs de fraternité et de tolérance entre les Algériens ».
La manifestation a également pour objectif, a-t-il dit, de « faire revivre le patrimoine culturel matériel et immatériel amazigh, tout en affirmant notre attachement à notre identité nationale amazighe », a-t-il ajouté.
Il a aussi fait savoir que les préparatifs des festivités ont duré près de trois mois au niveau de ce village, avec la contribution de tous les partenaires concernés.
Des festivités similaires seront également abritées, par la même occasion, par la Maison de la culture Rachid-Mimouni et le Centre culturel islamique de Boumerdès, durant toute une semaine.
Des soirées poétiques d’expression amazighe, des rencontres littéraires et des conférences thématiques axées notamment sur le logement traditionnel amazigh dans la région des Aurès et les traditions et us de Yennayer sont au programme de ces festivités, qui prévoit aussi la projection de documentaires. Des contes en tamazight, un concours et des représentations théâtrales sont, en outre, programmés au profit des enfants, tandis que des conférences seront animées par Saïd Bouizghi et Belkacem Babassi de l’université de Tizi Ouzou.