En dépit de leur inscription depuis plusieurs années, pas moins de trois importants projets dans le domaine de la santé ne sont pas encore réalisés. Cet état de fait pénalise toute la population locale quant à l’amélioration de la prise en charge sanitaire.

Annoncés en grande pompe par les autorités compétentes, les trois hôpitaux inscrits au niveau de Boumerdès, Boudouaou et Khemis El Khechna connaîssent d’énormes difficultés quant à leur concrétisation. Ainsi, la réalisation d’un hôpital de 240 lits, inscrite il y a plus de 15 ans au niveau du chef-lieu, connaît un immense retard dans les travaux. Des raisons multiples sont évoquées pour ne citer que le choix de l’assiette qui a été changé plusieurs fois avant d’être implanté au niveau du site Sahel à la sortie Est de Boumerdès. Le projet en question, qui a vu enfin les travaux entamés après plus de dix années d’attente, n’est pas encore prêt à être livré dans les délais impartis. Les différents responsables chargés du suivi du projet évoquent plusieurs facteurs entre autres, le changement de pas moins de trois entreprises, dont une portugaise et une Italienne ainsi que des bureaux d’étude. Lancé en 2012 par l’ex-ministre de la Santé Ould Abbès, le projet de cet hôpital, fortement accueilli par la population locale pour améliorer la prise en charge des malades, est confronté à des difficultés bureaucratiques et financières dues à une mauvaise gestion, a-t-on indiqué. Après plusieurs évaluations, le projet a déjà consommé plus de 320 milliards de centimes et les travaux ne suivent pas la cadence voulue. En octobre 2017, l’actuel ministre de la Santé, qui a visité le site du projet, a déclaré que la livraison se fera à la fin de l’année 2018, et cela en présence de l’entreprise italienne réalisatrice et des autorités locales. Et au lieu d’accélérer la cadence des travaux, c’est le contraire qui s’est produit puisque les travaux sont, encore une fois, à l’arrêt pour des raisons inconnues et dont ni l’entreprise ni le bureau d’étude n’ont tenu compte des instructions du ministre. Ce dernier s’est engagé à revenir sur le site six mois après pour constater l’avancement des travaux mais cela ne s’est pas fait. Ayant suscité un grand espoir auprès de la population locale, cette importante structure sanitaire risque de durer encore longtemps avant d’être livrée. La tutelle et les autorités locales sont encore une fois interpellées pour sa concrétisation dans les délais. Un appel d’espoir est lancé par les habitants de la wilaya pour pouvoir bénéficier des soins adéquats aux nombreux malades qui sont contraints de se déplacer vers les autres wilayas pour se soigner. Le projet d’un hôpital psychiatrique à Boudouaou, et qui a été transformé en hôpital général par l’ex-wali Abderrahmane Madani Fouatif, a suscité un soulagement pour les habitants de la localité. En dépit du retard de plusieurs années, ce projet de 60 lits a connu une cadence des travaux appréciable et les travaux ont atteint les 80%. Ce qui a engendré un optimisme chez les citoyens pour améliorer leur prise en charge sanitaire qui enregistre un déficit criard en la matière. L’autre projet important attendu est celui de l’hôpital de 120 lits, inscrit dans la localité de Khemis El Khechna en 2015, et qui n’a pas encore vu le jour en dépit du choix du terrain effectué. Au vu de l’importance de cet hôpital, les citoyens de la daïra de Khemis El Khechna interpellent les autorités compétentes pour la relance et la réalisation de cette importante structure sanitaire qui soulagerait les malades contraints de faire de longs déplacements pour se soigner. n