Les citoyens n’ont pas attendu longtemps pour exprimer leur colère à cause de la mauvaise gestion des dernières intempéries. Des mouvements de protestation ont été déclenchés dans plusieurs localités de la wilaya où les citoyens ont exprimé leur ras-le-bol, notamment lors des dernières intempéries qui ont mis à nu les tares de l’administration en matière de gestion des situations d’urgence.

Des routes coupées, des habitations inondées, des réseaux d’assainissement éclatés, des affaissements de terrains, une pénurie de gaz butane, tels sont les difficultés que continuent de vivre de nombreux citoyens à travers plusieurs contrées de la wilaya chaque fois que la pluie et la neige tombent. C’est le cas des villages des communes de Naciria, Timezrit, Chabet El Ameur, Bordj-Menaïel, pour ne citer que celles-là. Devant l’absence des autorités pour la prise en charge des habitants en difficulté, ces derniers n’ont pas attendu pour exprimer leur mécontentement en recourant à la fermeture des sièges de leurs communes respectives. A Naciria, les villageois ont exprimé leur grogne en procédant avant-hier à la fermeture du siège de l’APC ainsi que celui de la daïra pour réclamer le gaz de ville. Les projets devant servir ces villages accusent un immense retard des travaux, d’autres ne sont pas encore lancés dénoncent-ils. Dans le village de Boudjelal El Ghorf, 6 familles d’enseignants habitant à l’intérieur ont été privées de cette énergie à cause du comportement irresponsable de l’ex-P/APC, qui est actuellement député du FFS, qui leur reprochait de ne pas être de la même formation politique. La distance qui sépare les logements de l’école qui, elle, est raccordée au gaz de ville, n’est que de 5 mètres environ. Et cela dure depuis plus de quatre ans. Les enseignants ont versé, depuis plus de trois ans, un apport personnel de 15 000 DA à la Sonelgaz pour le raccordement. Les promesses de Sonelgaz restent vaines et les familles continuent de subir le calvaire du froid hivernal à quelques pas du tuyau d’arrivée du gaz, se plaignent-elles de cette injustice flagrante. A Bordj Menaïel, les habitants du quartier La Capère sont sortis avant-hier et hier pour exprimer leur colère suite aux inondations de leurs habitations par les eaux de pluie mélangées aux eaux usées après l’éclatement du réseau principal. Ils ont fermé la RN12 en usant de pneus brulés, de troncs d’arbre et de pierres bloquant la circulation dans les deux sens .D’énormes désagréments ont été causés aux automobilistes.