Une enveloppe de près de 200 millions de dinars a été affectée au soutien du développement dans les communes de Naciria et Ouled Aïssa, à l’est de la wilaya de Boumerdès, a-t-on appris jeudi auprès du wali.

Inscrite au titre des Plans communaux de développement (PCD) pour l’exercice 2018, cette dotation financière est destinée à la réalisation d’une vingtaine d’opérations de développement dans ces deux communes, a indiqué Abderrahmane Madani Fouatih, dans une déclaration à l’APS, en marge d’une rencontre, dans la daïra de Naciria, consacrée à la sélection de projets prioritaires au profit de ces deux collectivités locales. Une dotation de plus de 80 millions de DA (sur l’enveloppe citée) a été destinée à la réalisation de 10 actions de développement dans la commune de Naciria (plus de 41 000 habitants). Ces actions porteront sur l’aménagement de routes, la réalisation de réseaux d’assainissement et d’aménagements urbanistiques, l’éclairage public et l’éradication du commerce informel, entre autres. Sachant que la localité a bénéficié d’une autre enveloppe supplémentaire de 35 millions de DA, au titre du Fonds commun des collectivités locales, destinée au soutien de la réalisation d’autres opérations de développement. La commune de Naciria compte à son actif 27 opérations de développement, au titre des PCD de l’exercice 2017, dont une majorité toujours en cours de réalisation, au moment où une enveloppe de 10 millions de DA est affectée à l’installation de lampes Led sur son réseau d’éclairage public. Quant à la commune d’Ouled Aïssa (9 000 habitants), elle a bénéficié d’une dotation de 80 millions de DA pour le financement de 10 opérations de développement, parallèlement à un autre montant supplémentaire de 17 millions de DA, au titre du Fonds commun des collectivités locales. Une grande partie de ces opérations de développement portent sur la réhabilitation et l’entretien de réseaux AEP et d’assainissement, le revêtement de routes et le renouvellement des réservoirs d’eau. Sachant que la collectivité compte 20 opérations de développement, au titre des PCD de l’exercice 2017, dont une majorité toujours en cours de réalisation. Cette séance d’arbitrage marquée par la présence de l’ensemble des élus de ces localités, est inscrite au titre de la mise en application du principe de la « démocratie participative » et de la « gestion transparente de l’acte de développement local », a indiqué le wali. Il a, néanmoins, insisté sur la réalisation et la réception de tous les projets non lancés, car il est « inadmissible », a-t-il estimé, qu’un taux de « 50 % des opérations demeurent en souffrance au moment où d’innombrables insuffisances sont constatées dans divers domaines ». Le chef de l’exécutif a, en outre, exprimé son engagement quant au financement d’autres actions de développement, aux communes, qui auront consommé leurs dotations financières, avant la fin 2018.