Dans le cadre de l’éradication des chalets et des habitations précaires dans la wilaya de Boumerdès, une autre opération de relogement, supervisée par le wali Abderrahmane Madani Fouatif, a été effectuée lundi dans la commune de Tidjelabine, située à quelques kilomètres au sud du chef-lieu de wilaya.

Quelque 125 familles ont été relogées dans des appartements neufs. C’est dans une ambiance de fête que les bénéficiaires ont occupé les logements neufs après avoir passé des années dans des habitations précaires ou dans des chalets qui se trouvent dans un état de dégradation avancée. Les autorités locales ont mobilisé tous les moyens tant humains que matériels pour la réussite de cette opération. Des camions ont été mis à la disposition des bénéficiaires pour leur déménagement pendant que des engins rasaient les chalets ou les habitations précaires. Ce procédé vise à ne pas laisser d’autres personnes ériger des habitations de fortune. De pareilles opérations se poursuivront jusqu’à l’éradication totale des habitations précaires et des chalets, a précisé le wali.
Lors de cette opération, le président d’APC de Tidjelabine a fait l’objet d’une agression par un citoyen. L’agresseur qui portait une longue barbe s’est approché de lui et lui a porté de violents coups de poing au visage. La victime a été soignée sur place par les éléments de la Protection civile. Le P/APC était en train de suivre l’opération de relogement des bénéficiaires de logements sociaux, quand il a été pris à partie par un citoyen qui lui a porté des coups de poing à la figure, a-t-on rapporté. L’élu était loin de se douter que cet homme, qu’il connaissait, allait l’agresser alors qu’il était à l’écoute de ses revendications. L’intervention rapide des présents sur place a évité le pire au premier responsable de la commune. La victime, qui a été violement touchée au visage, a été soignée sur place par les éléments de la Protection civile. Le wali, qui supervisait l’opération de distribution de logement dans cette commune, n’a pas caché sa colère et a condamné de tels comportements. Une plainte a été déposée par le président d’APC et l’agresseur a été immédiatement arrêté par les gendarmes qui assuraient la sécurité de l’opération.