En dépit des mesures prises quant à l’éradication du commerce informel, rien ne semble freiner ce négoce qui continue de sévir à travers l’ensemble du territoire national. Cette course vers le gain facile attire toutes les catégories de gens, en majorité des jeunes, qui se créent des espaces n’importe où pour s’adonner à cette activité florissante.

Après les espaces verts, les trottoirs et autres endroits squattés, en particulier durant des occasions bien connues chez nous pour ne citer que le mois sacré du Ramadhan et la saison estivale. Même les routes ne sont pas épargnées puisque les bords sont achalandés par diverses marchandises. Ce phénomène est visible sur presque toutes les routes nationales. Les automobilistes en connaissent un bout, dont un grand nombre sont devenus des clients permanents. L’exemple le plus frappant est le négoce pratiqué sur la RN 12, reliant Alger à Tiz Ouzou. Cette activité notamment en matière de fruits et légumes prolifère et poursuit son bonhomme de chemin avec cette particularité de vente beaucoup plus durant les vacances. Ces apprentis commerçants défient tous les dangers de la circulation routière. Comme la RN24 qui longe le littoral de la wilaya, qui n’échappe pas à la règle du négoce informel. L’automobiliste de passage est le plus souvent attiré par des étalages de fortune présentant une marchandise variée notamment les fruits de saison. En prenant la direction vers Tizi-Ouzou et en passant par Si Mustapha jusqu’aux Issers, des jeunes et moins jeunes exposent des figues et des figues de barbarie dans des bidons en plastique qu’ils vous proposent à différents prix. Et sur le nouveau tronçon routier longeant la ville des Issers jusqu’à Bordj-Menaïel, l’automobiliste a le choix entre certains fruits de saison plus particulièrement le raisin avec toutes ses variétés. Cette exposition de fruits agrémentée par d’autres produits agricoles comme les légumes sans oublier le poulet de chair vous est proposé dans une ferme sur le même axe routier de la plaine de Chender. La sortie de la ville de Naciria vers Tademaït, précisément au lieu-dit Bouilef, ce sont le melon et la pastèque, constituant d’ailleurs la spécialité de cette région qui sont proposés aux automobilistes qui n’hésitent pas d’ailleurs à remplir la malle de leur véhicule car la qualité et la saveur de ces fruits sont hautement appréciées. Et ce négoce de la route semble ne pas s’arrêter et continue son bonhomme de chemin pour parcourir d’autres distances.