En visite de travail et d’inspection, avant-hier, dans la wilaya de Boumerdès, la ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Fatma-Zohra Zerouati, a mis l’accent sur la nécessité  de développer le secteur de l’environnement, lequel dispose de potentialités non négligeables en matière de création de richesses

, notamment dans le domaine du recyclage des déchets ménagers ainsi que les énergies renouvelables. Dans ce cadre, elle n’a pas omis d’encourager les investisseurs  dans le domaine de l’environnement, notamment dans le recyclage des déchets ménagers. « Face à la chute des prix des hydrocarbures, le traitement et le recyclage des déchets ménagers sont une opportunité à saisir pour diversifier  et développer l’économie nationale dans le domaine de l’environnement  », a-t-elle indiqué, évoquant, également, l’investissement dans les énergies renouvelables. S’adressant à la société civile, réunie dans la salle de la Maison de l’environnement, la ministre a mis l’accent sur l’implication du citoyen dans la gestion de son environnement immédiat en faisant preuve d’esprit d’initiative et cela dans l’objectif  d’améliorer son cadre de vie. Dans un point de presse, la ministre a déclaré qu’un grand projet relatif à la réalisation d’un grand complexe de valorisation des déchets, afin de créer des énergies nouvelles, est inscrit  et permettra le traitement des déchets des quatre wilayas du centre, à savoir Alger, Tipasa, Boumerdès et Blida. « L’argent  existe et l’avis favorable du Premier ministre a été donné », a-t-elle précisé, en ajoutant que le lieu  de son implantation et le début des travaux seront annoncés au moment opportun. Elle a annoncé le lancement du concours de la meilleure ville verte d’Algérie, dont le feu vert a été donné par le président de la République, et qui débutera le 25 octobre prochain, a-t-elle précisé. La visite de la ministre a été ponctuée par des escales au village de Tiza, dans la commune d’Ammal, lauréat du concours « TopVillage », le projet du CET dans la commune de Zaâtra et l’unité  privée de recyclage des huiles au niveau de la commune d’Ouled Moussa, ainsi que le jardin public du centre-ville de Boumerdès. Concernant le CET de Corso,  qui a suscité ces derniers temps, une polémique à propos  des déchets acheminés d’Alger, la ministre a indiqué que le problème a été réglé puisque les communes de la capitale n’utiliseront plus ce site.