En dépit de la baisse de la production mellifère, l’apiculture dans la wilaya de Boumerdès attire de plus en plus d’apiculteurs, notamment au sein de la population rurale. A côté de l’oléiculture, l’apiculture est de plus en plus pratiquée dans la région rurale et montagneuse de la wilaya où plus de 2 200 apiculteurs exercent cette activité.

Plus de 113 000 ruches y sont recensées. Dans ce cadre, l’organisation de cette activité s’avère indispensable pour permettre aux apiculteurs d’améliorer la production en quantité et en qualité. En plus des difficultés liées au processus de production, le volet commercial et l’absence d’un laboratoire d’analyses restent un sérieux handicap pour les apiculteurs d’où la nécessité de la mise en conformité de cette importante activité aux atouts diététiques et curatifs. L’annonce de la création d’un laboratoire d’analyses pour le miel a été bien accueillie par les apiculteurs présents à la Foire du miel qui se déroule à Boumerdès et qui prendra fin aujourd’hui 27 décembre. La réalisation du laboratoire, destiné aux analyses du miel, a été confirmée par le wali de Boumerdès Abderrahmane Madani Fouatif lors de l’ouverture de la 3e édition de la Foire du miel organisée par la coopérative du miel des Issers, en coordination avec les services de la Direction agricole de Boumerdès. La réalisation d’un laboratoire d’analyses va contribuer non seulement à l’organisation de cette importante activité, mais aussi mettre sur le marché un produit de qualité au consommateur. La mise en conformité aux normes internationales va également encourager les producteurs de miel à l’exportation. Le laboratoire d’analyses sera réalisé au niveau de la coopérative apicole des Issers, laquelle dispose de toutes les commodités pour accomplir les missions d’analyses, a-t-on appris de la Direction des services agricoles de la wilaya. La baisse de la production est due au recul de la moyenne de production par ruche qui a régressé de 4 kg par rapport à l’année précédente qui était de 7 kg par ruche, à cause des conditions climatiques défavorables à la floraison, la pluviométrie insuffisante, la hausse des températures, la réduction des surfaces vertes et arboricoles, ont expliqué certains apiculteurs lors de la foire, tout en justifiant l’augmentation du prix miel qui a atteint les 4 500 DA le kg. Plus de 30 apiculteurs venus de 11 wilayas du pays ont participé à cette 3e édition du Salon du miel organisé au niveau du Centre islamique de Boumerdès, du 20 au 27 décembre, dont l’objectif est de mettre en valeur les produits de la ruche, la commercialisation, la qualité et la diversité du miel tant pour la consommation que pour les besoins curatifs.