Poursuivant la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes, les différents services de la Police judiciaire de la wilaya de Boumerdès ont arrêté 220 individus impliqués dans 172 affaires de divers délits durant le Ramadhan qui a coïncidé avec le mois de juin écoulé, a-t-on appris d’un communiqué de la Sûreté de wilaya.

Parmi les inculpés figurent 8 femmes, 9 mineurs et 1 étranger. Présentés devant le magistrat, 16 d’entre eux ont été placés sous mandat de dépôt, 29 appelés en citation directe et les autres ont vu leurs dossiers envoyés à la justice, a ajouté le communiqué. En matière de sécurité publique et d’atteintes aux personnes, il a été traité 53 affaires dans lesquelles sont impliquées 153 personnes dont 6 mineurs et 8 femmes qui sont accusés des délits relatifs à la constitution d’association de malfaiteurs, de port d’arme blanche interdite, bagarres, coups et blessures volontaires, profération d’insultes, menaces et humiliation contre autrui. Dans le volet atteinte aux mœurs, 6 individus inculpés dans 4 affaires ont été arrêtés dont 3 ont été placés sous mandat de dépôt. Ils sont accusés d’atteinte à la pudeur sur enfant et incitation de mineurs à la débauche. Les policiers ont traité pas moins de 31 affaires liées aux crimes économiques, escroquerie, faux et usage du faux, incendie volontaire, les vols qualifiés, atteintes aux biens d’autrui et actes de vandalisme où 31 personnes dont 3 mineurs ont été arrêtés.
Présentés devant le juge, 2 d’entre eux ont été placés sous mandat de dépôt et les dossiers des autres inculpés ont été envoyés à la justice. Dans le volet lié à la lutte contre la drogue, les éléments de la Police judiciaire ont arrêté 26 individus impliqués dans 16 affaires relevant de la vente et consommation de drogue et des stupéfiants. Sept inculpés ont été placés sous mandat de dépôt, 3 placés en différé et les autres sont mis sous contrôle judiciaire. Une quantité de 5 415 g de kif traité ainsi que 138 comprimés psychotropes ont été saisis, a précisé la même source.
Le bilan établi fait fait ressortir une hausse d’actes de criminalité durant le mois de carême écoulé en comparaison avec le mois de Ramadhan de l’année 2017 où le nombre d’affaires criminelles était de 165.