Plus de 7 300 activités ont été organisées en 2016 par la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) en collaboration avec les différentes associations nationales en vue de sensibiliser sur la stabilité sociale et sur les dangers des fléaux sociaux, selon les statistiques fournies samedi lors d’une rencontre à Bouira par un représentant de la DGSN. « En 2016, la DGSN a tenu 7 300 rencontres avec les associations à travers le pays en vue de sensibiliser le citoyen sur la stabilité sociale et les dangers des fléaux sociaux », a expliqué le commissaire de police, Kamel Ouali, responsable au sein de la cellule de communication de la DGSN, au cours d’une rencontre organisée à la Maison de la culture Ali-Zaâmoum de Bouira par l’Association nationale de solidarité associative (ANSA) et placée sous le thème « Société civile nationaliste et DGSN ». Ces activités, a-t-il précisé, sont inscrites dans le cadre de la stratégie globale de la Sûreté nationale visant à se rapprocher davantage du citoyen pour le sensibiliser sur la paix et la stabilité du pays. Dans le cadre du plan de communication tracé par la DGSN, des reportages, émissions, informations… sont organisés annuellement à travers les médias et la presse nationale, a ajouté le même responsable. « La communication de proximité entre la Sûreté nationale et la société civile constitue l’axe central de la politique de la DGSN, qui veille au renforcement de cette relation via des rencontres avec des associations », a-t-il expliqué. Depuis 1998, la Sûreté nationale a opté pour la police de proximité pour développer et promouvoir cette relation de partenariat avec le citoyen, a souligné le commissaire Ouali au cours de la rencontre qui a vu la participation de nombreux intervenants. Selon le même responsable, la DGSN a pu réaliser de « notables progrès » depuis cette date (1998) grâce à ses efforts de proximité et à son travail de sensibilisation et de rapprochement du citoyen. «Le Forum et la revue trimestrielle de la Sûreté nationale, la Radio de la Sûreté nationale, ainsi que le site Web de la DGSN, sont autant de moyens de communication déployés par la Sûreté nationale pour sensibiliser le citoyen et la société civile sur les dangers des fléaux sociaux comme la drogue, la violence, le terrorisme et les accidents de la route», a ajouté le commissaire de police Ouali.
Pour le président de l’ANSA, Tahar Karoun, cette rencontre vise à consolider la relation entre le citoyen et les institutions de l’Etat, notamment la Sûreté nationale en cette conjoncture de crise. «A travers nos actions, nous voulons ancrer la culture de la paix sociale dans notre société et bannir la violence», a ajouté M. Karoun.