Invités à s’exprimer au dernier jour de la session ordinaire de l’Assemblée populaire de la wilaya (APW), plusieurs élus, notamment du Front des forces socialistes et même des partis siégeant en majorité à l’APW, ont soulevé plusieurs insuffisances.

Le réseau routier, la défaillance de l’éclairage public dans certaines localités de la wilaya, la crise d’eau et le manque de cantines scolaires au niveau de plusieurs établissements scolaires étaient les secteurs auxquels les élus ont réclamé des autorités locales des solutions. Ainsi, ils ont axé notamment leurs interventions sur la nécessité de revoir le plan de circulation de la ville de Bouira. La circulation automobile au chef-lieu est devenue infernale, a-t-on déploré. Les élus ont demandé des autorités locales de revoir de fond en comble le plan de circulation ayant pourtant nécessité par le passé un budget important mais, regrette-t-on, sans résultat. Des élus, notamment du FFS, ont soulevé la violence touchant ces dernières années l’université Akli-Mohand-Oulhadj de Bouira. Le dernier acte ayant suscité des questionnements et défrayé la chronique est celui de l’agression du doyen de la faculté des sciences économiques et sciences commerciales. Bien que l’enquête des services de sécurité soit en cours, des élus ont demandé de veiller sur les conditions des étudiants et du personnel encadrant. «Nous sommes appelés tous à garantir de bonnes conditions à nos étudiants », a insisté un élu du RCD. D’autres dossiers traitant surtout de problème de l’absence de médecins spécialistes au niveau des établissements sanitaires de la wilaya ont été aussi soulevés par l’assistance. Le déficit en médecins spécialistes se pose avec acuité au niveau des hôpitaux de la wilaya. Dans leurs réponses, le P/APW et le wali ont rappelé aux élus que certains problèmes, notamment ceux relevant du secteur de la santé, sont pris en charge. A ce titre, le président de l’APW a annoncé qu’un budget a été dégagé pour l’achat d’une machine de cytaphérèse. Cet équipement a été longuement attendu par les cancéreux. Il sera disponible prochainement, a-t-il fait savoir, et sera fonctionnel au niveau de l’hôpital Mohamed-Boudiaf du chef-lieu de wilaya. «Pour les malades sous chimiothérapie, ils tombent en anémie ou en thrombopénie, ce qui est une diminution du nombre de plaquettes sanguines. Et le remède, c’est d’apporter les plaquettes. Pour cela, il n’y a qu’un seul moyen, la cytaphérèse. Avec cette machine, les patients du service oncologie de la wilaya seront pris en charge correctement et de manière efficiente», a déclaré l’élu. D’autres ont appelé les pouvoirs publics à penser à la création d’autres zones d’activités, notamment à l’est de la wilaya et ce, pour booster l’investissement et créer de l’emploi.