Poursuivi dans une affaire liée à l’attribution de marchés publics, le président de l’Assemblée populaire communale de Raouraoua, commune située à 40 km à l’ouest de Bouira, a été condamné par le tribunal correctionnel de Sour EL Ghozlane à une peine de six ans de prison ferme.

Le maire est accusé dans une affaire d’attribution d’un marché public à une entreprise en charge de la gestion de l’abattoir communal. L’affaire remonte, selon des sources judiciaires, à l’année 2014, quand l’accusé avait confié la gestion dudit abattoir à une entreprise sans respecter les normes et les règles d’attribution. Il est poursuivi pour favoritisme. Lors du procès, il a été démontré que l’entreprise en charge dudit abattoir n’avait pas honoré, au moment des faits, une facture de près 400 millions de centimes. Par ailleurs, un autre élu a été convoqué par la justice pour répondre des chefs d’inculpations relatifs à l’attribution de marchés publics. Il s’agit du maire de la commune de Sour El Ghozlane, au sud de Bouira. Le procureur de la République près le tribunal de Aïn Bessem a requis une peine de 5 ans de prison ferme contre l’élu pour sa mauvaise gestion des affaires de la commune. Il est poursuivi dans une affaire liée également à la gestion du marché de la ville. Selon des sources, le même maire est accusé dans d’autres affaires. Le verdit sera connu dans deux semaines, ont fait savoir les mêmes sources.