En dépit des potentialités industrielles existantes, force est de constater que l’investissement accuse un retard énorme dans la wilaya de Bouira. Des chiffres qui traduisent la situation peu reluisante du dossier de l’investissement dans la wilaya de Bouira. Malgré le potentiel industriel existant, le secteur est décidément en berne.

Réunis avant-hier, des élus membres de la commission de l’Assemblée populaire de la wilaya (APW), chargée de l’évaluation sur terrain du secteur, ont souligné dans le rapport lu à l’occasion de cette session, que la situation de l’investissement est en deçà des espérances attendues. L’octroi des terrains à des personnes « qui n’ont rien à voir » avec l’investissement était la principale revendication de cette commission, qui a appelé les pouvoirs publics à agir et surtout à prendre au sérieux les « orientations et les décisions prises par le ministre de l’Intérieur » qui, avait à maintes fois, appelé à la récupération des assiettes de terrain octroyées à des faux investisseurs. Des requêtes ont été introduites devant le parquet pour récupérer ces terrains. A la zone industrielle de Sidi Khaled, dans la commune d’Oued El Berdi, au sud de Bouira, par sa position stratégique et sa proximité des infrastructures routières et même portuaires (Alger), le nombre de projets entrés en exploitation est très minime. Dans le rapport de la commission de l’APW, il a été précisé que le tissu industriel de la région est important mais à l’impact minime. Sur un total de 18 418 PME/PMI existantes, ces investissements n’ont généré que 22% d’emplois. Le même document accablant a souligné que durant les cinq dernières années, le taux de croissance de l’investissement n’a pas dépassé les 9% en dépit des mesures mises en place par les pouvoirs publics. Certes, l’absence de commodités au niveau de ces zones industrielles et les 13 zones d’activités dégagées par les autorités locales a freiné, pour ne pas dire pénalisé, les opérateurs économiques. Dépourvus de toutes opérations de viabilisation, des investisseurs continuent de réclamer la réhabilitation des sites dégagés et ce, en mettant en place, toutes les commodités (gaz, ouvertures d’accès, et déplacement des conduites… ». A l’APW de Bouira, les rédacteurs du document ont dénoncé le blocage de projets de viabilisation de la zone industrielle de Sidi Khaled. Annoncé plusieurs fois par les pouvoirs publics, les travaux sont gelés. D’autres lacunes ont été aussi relevées dans le même rapport. Le retard accusé dans la délivrance de permis de lotir aux profits des porteurs de projets et d’autres blocages ont été par ailleurs mentionnés dans le rapport de la commission de l’APW chargée de l’investissement.  n