En dépit des efforts consentis par les pouvoirs publics qui ont mobilisé des budgets colossaux dans le cadre des différents plans quinquennaux, il n’en demeure pas moins que des populations de plusieurs localités de la wilaya de Bouira continuent de souffrir

d’insuffisances et d’absence de commodités vitales. Dans la commune de Mamoura englobant quelque 9 000 habitants, située à une soixantaine de kilomètres à l’extrême sud-ouest du chef-lieu de wilaya de Bouira, les ménages vivent dans des conditions lamentables. Les insuffisances sont importantes. Bien que des centaines de foyers sont presque raccordés au réseau de distribution de gaz naturel, les ménages ne cessent de déplorer le manque des structures et l’absence de projets de développement pouvant générer des postes d’emploi pour les jeunes. Les villageois se disent livrés à eux-mêmes et délaissés par les autorités locales. La localité demeure, à l’instar de plusieurs localités de la wilaya, notamment celles situées en zone de montagne, la moins lotie en matière de projets d’aménagement urbain et surtout de l’implantation des projets de développement. «Nous sommes marginalisés. Mamoura est oubliée. Nous vivons dans des conditions précaires », s’exclamera un commerçant installé au chef-lieu communal. Les citoyens que nous avons rencontrés lors de notre passage dans la région dénoncent la dégradation des quartiers. «Les récentes pluies enregistrées la semaine passée ont causé des dégâts importants notamment sur le réseau routier et même quelques habitations précaires ont été touchées par les infiltrations des eaux», ont-ils déclaré. Durant la période hivernale, le quotidien des habitants devient de plus en plus pénible. «Il ya plusieurs foyers qui ne sont pas encore raccordés au réseau de gaz naturel. Le gaz butane se fait rare au niveau de notre commune », a ajouté le propriétaire du commerce qui a témoigné que les habitants ont soulevé ces insuffisances aux responsables locaux. En plus de ces manques, les habitants du chef-lieu communal et d’autres villages ont par ailleurs déploré le retard mis dans le raccordement de leurs habitations aux réseaux d’AEP. «Le réseau d’électricité est défaillant et les coupures sont devenues récurrentes», a-t-on ajouté en précisant que la semaine passée, plusieurs villages ont été pongés dans le noir pour cause de vol de câbles électriques. Le phénomène est récurrent. «Nous avons alerté les services de la SDC sur cette situation et sur ces dysfonctionnements», ont-ils aussi ajouté. Par ailleurs, ce sont les chemins d’accès et desservant les villages de la commune qui se trouvent dans un état lamentable. Quant aux structures de base, elles sont très en dessous des attentes de la population.