Des populations de plusieurs localités de la wilaya de Bouira endurent depuis plusieurs jours le manque de gaz butane. La baisse sensible des températures et les chutes de neige ont accentué la tâche aux villageois. Dans cette wilaya, où le taux de pénétration au réseau de distribution de gaz naturel frôle les 80%, plusieurs chantiers sont à l’arrêt.

Des habitants de plusieurs villages à l’instar de Taghzout, Malla et Guerrouma attendent depuis des années l’achèvement des travaux. Les projets sont gelés pour cause des décisions prises par le gouvernement dans le sillage des dispositions d’austérité. Le montant de ces opérations gelées est estimé à plus de 200 milliards de centimes, a révélé une source de la direction de l’énergie de la wilaya. Il s’agit essentiellement des travaux de réalisations de plusieurs projets de gaz ciblant quelque 67 sites à travers la wilaya de Bouira, a ajouté la même source. Les autorités locales attendent le déblocage de ces projets pour pouvoir achever les travaux qui visent le raccordement de pas moins de 9 000 foyers. Les sites recensés sont situés au niveau des communes de Kadiria, Aghbalou, Taghzout, El Hachimia et d’autres localités de la wilaya. Toutes les études concernant ces opérations sont achevées. Le problème de financement de ces projets tarde à avoir le jour. Le premier responsable de la wilaya a toujours été interpellé par la population non encore raccordée au réseau de distribution de gaz naturel afin de lancer les chantiers. Néanmoins, c’est la pénurie de gaz butane qui pose aussi problème au niveau de ces communes. La pénurie revient avec insistance en cette période marquée par un froid glacial.
Cela étant, au moment, où les responsables du secteur évoquent une production et une disponibilité du produit, la production journalière au niveau des deux centres d’enfutages de Sidi Khaled dans la commune de Oued El Berdi, de Bouira et de Chorfa à l’est a dépassé en cette période de froid les 25 000 bonbonnes par jour, a assuré un responsable au niveau de la direction Naftal.