Empêchée de toute réunion, la nouvelle Assemblée populaire communale de la commune d’Ath laksar,  30 km au sud de Bouira, est en crise. En effet, des élus du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD)

soutenus par des militants occupent, et ce, depuis mardi dernier, la salle de délibération du siège de la mairie. Cette manière de contestation se veut, disent les élus protestataires, un moyen pour protester contre l’actuel P/APC d’obédience RND et qui a été réélu pour la deuxième fois. Les élus du RCD exigent du wali l’envoi d’abord d’une commission d’enquête sur la gestion de l’ancien mandat effectué par l’actuel P/APC. Ils citent plusieurs anomalies dans la gestion du P/APC, dont la nomination des délégations au niveau de trois localités de la commune et l’installation de trois présidents de commission, avec détachement et mensualité sur le budget de l’Etat, mais ces présidences étaient fictives et n’ont jamais existé sur le terrain, ont dénoncé les élus du parti de Mohcine Bellabès refusant de libérer les lieux. Selon nos informations, l’actuel maire, qui a été convoqué par le wali de Bouira, aurait décidé de déposer plainte contre un élu du RCD. Il faut rappeler que le RND a remporté six sièges, le RCD 5 et 2 sièges pour les deux partis FLN et le PAVD. Pour s’assurer de la gestion des affaires de la collectivité, le RND a réussi de convaincre les deux élus du PAVD de s’aligner sur sa liste et obtenir la majorité. Le problème n’est pas encore résolu et la crise risque de s’accentuer. Par ailleurs, ce sont les élus du RCD siégeant à l’APW qui ont réclamé une commission d’enquête sur les événements survenus dernièrement à l’université Akli Mohand Oulhadj de Bouira.