Mais c’est lorsqu’il est obligé de redorer son blason qu’il donne le meilleur… Il avait été un peu long au freinage du n°8 lors de sa première tentative, et n’a pas laissé de place à l’approximation dans sa seconde. Sous le dernier drapeau à damier du 69e championnat du monde, il faisait tomber la sanction en 1’34»794, record du circuit encore battu.

Pourtant, le coup était passé près. Valtteri Bottas, finalement battu de 0»162, était en avance sur lui après les secteurs 1 et 2. Mais la pression du moment, l’intensité de l’enjeu aura poussé le Finlandais à des petites fautes dans les virages n°17 et 18. Sans pouvoir répliquer son premier run, Sebastian Vettel (Ferrari) signait le troisième temps à 0»331, devant son coéquipier Kimi Räikkönen, resté sur son chrono de début de session à cause d’une faute à l’entame de son ultime tour chrono qualificatif pour Maranello. La suite ? Une liste de déboussolés avec les Red Bull boys Daniel Ricciardo et Max Verstappen, éloignés respectivement de 0»607 et 0»795, ou d’heureux tels Romain Grosjean (Haas), septième, ou Charles Leclerc (Sauber), classés devant Esteban Ocon (Force India) et Nico Hülkenberg (Renault). Limpide, cette séance a livré un verdict assez conforme à l’image de la saison. Carlos Sainz (Renault) recalé de justesse (11e), Sergio Pérez (Force India) n’a pas fait de miracle, ni Fernando Alonso (McLaren), 15e par sa dernière mais pour la 21e fois devant son coéquipier Stoffel Vandoorne.