Une quarantaine d’ouvriers et de transporteurs, propriétaires de camions et tracteurs, travaillant sur la conduite d’AEP du barrage Tichihaf (Béjaïa) vers les communes du nord de Bordj, ont procédé le weekend dernier à la fermeture du CW 43 à hauteur du carrefour de Tarakabt, en signe de mécontentement contre l’employeur qui tarde à verser leurs salaires.

La route a été bloquée pendant près d’une heure, contraignant ainsi les usagers à patienter ou rebrousser chemin. D’ailleurs, la réaction n’a pas été du goût des usagers de cet axe névralgique, qui se sentent pénalisés à cause d’un imbroglio qui ne les concerne pas. «Mais au final, personne ne parvient à établir un lien entre un entrepreneur qui s’entête à ne pas payer ses ouvriers et la fermeture de la route. Cela n’a aucun sens. Parmi les usagers, il y a peut-être des cas urgents nécessitant l’évacuation d’un malade ou pour arriver à destination à temps», se désole un automobiliste. «Le problème ne concerne pas l’APC. C’est un projet attribué à un consortium qui a embauché des ouvriers et des transporteurs dans le projet de raccordement des cinq communes du nord de la wilaya au barrage de Tichihaf. Et avec l’approche de l’Aïd, les ouvriers, n’ayant toujours pas perçu leurs salaires n’ont trouvé mieux pour se faire entendre, comme à l’accoutumée, de bloquer la route. De leur côté, les entreprises renvoient le retard à l’ADE qui tarde à établir la situation financière qui permet de payer les employés», nous dit le Secrétaire général de la commune de Colla. Pour tenter de comprendre, nous nous sommes rapprochés de l’Algérienne des eaux. «C’est vrai, le maître d’ouvrage étant la direction générale de l’ADE qui a attribué le projet, sur 35 km, à un consortium de trois entreprises. L’une d’elles a dû, faute d’argent, accuser un retard dans le versement des salaires. Mais lors d’une réunion avec les responsables de la daïra de Djaâfra et les différentes parties, nous sommes parvenus à s’accorder sur le virement des salaires des ouvriers aujourd’hui (jeudi), et ceux des transporteurs dimanche prochain à hauteur de 40% et le reste après l’Aïd», rassure M. Bensaâd, directeur de l’ADE, qui a tenu au passage à lancer un appel aux citoyens de «faire preuve de civisme» en évitant le gaspillage de l’eau. Toutefois, il exclut toute perturbation dans la distribution pendant cette période, que ce soit à Bordj ou dans les quinze communes gérées par l’Algérienne des eaux.