Automatisme et régulation, études des prix, horticulture, marketing, vacher, traiteur… ainsi que d’autres nouveautés professionnelles sont mises à la disposition des nouveaux stagiaires lors de la rentrée hier depuis le CFPA Meridji-Boudjamaâ à Medjana. Ce centre de formation résidentielle, avec une capacité d’accueil pouvant aller jusqu’à 160 lits et qui compte 7 ateliers et  2 laboratoires, offre aux apprentis  5 spécialités plomberie, mécanique, comptabilité jardinage, recyclage de déchets, avec des diplômes, CFPS, CAP, CMP, BT, au bout de la période de formation. Rien que pour cette rentrée du 26 février, 7 624 nouveaux sièges pédagogiques ont été prévus pour une panoplie de spécialités réparties sur les 19 centres de formation professionnelle, 2 instituts nationaux et 11 écoles professionnelles privées de la wilaya. Pour la formation résidentielle, 1 430 places pédagogiques ont été ouverts,
2 364 pour la formation par apprentissage, 1 110 pour les établissements de rééducation, 250 pour les écoles privées de la formation professionnelle… L’émergence des pôles d’excellence dans le secteur de la formation professionnelle au niveau national, notamment dans le photovoltaïque et l’électronique dans la wilaya de Bordj, permettra aux jeunes de décrocher un diplôme dans un métier d’avenir. L’apprenti pourra bénéficier d’une formation alternée, théorique au centre de Bordj 4, et pratique, dans une unité de production privée ou étatique, avant de chapeauter son cursus par un diplôme qui lui permettra d’être retenu sur place ou d’accéder à une entreprise, ou encore ouvrir un atelier et travailler à son compte. Et pourquoi ne pas, créer des postes d’emploi autour de lui. Certes, le secteur de la formation professionnelle offre un cadre d’accueil appréciable en termes d’infrastructures et de spécialités, mais est ce qu’on forme en fonction des besoins économiques du pays ou de la région, ou suivant la vocation du stagiaire, le professionnel de demain ?