Une foule énorme, de ceux qui l’ont connu et d’anonymes, ont accompagné Mohand Ameziane Benhizia à sa dernière demeure au cimetière Sidi Betka. Il avait 87 ans. Lors de l’oraison funèbre, tous ceux qui l’ont connu ou côtoyé n’ont pas lésiné sur les termes de louange à l’adresse de l’homme généreux et celui qui a adhéré au FFS, avec beaucoup de conviction et sans volte-face aucune depuis sa création en 1963 jusqu’au retrait d’Ait Ahmed de la vie politique.

Dès son jeune âge, Ammi Meziane adhéra au PPA puis activa dans la wilaya III historique, pendant la guerre de libération, et fait prisonnier par les autorités coloniales pour « troubles à l’ordre public ». Et à l’aube de l’indépendance, il n’hésita pas à intégrer le camp d’Ait Ahmed sous la bannière du Front des forces socialistes pour défendre, pendant des décennies et avec ferveur, le projet que véhicule le premier parti de l’opposition.
Parallèlement au militantisme, il occupait des fonctions à la marine marchande, qui lui ont permis de sillonner le monde de long en large, et il ne tarissait pas d’histoires et d’anecdotes, même sur son lit d’hôpital, il gardait la mémoire intacte jusqu’au dernier souffle.