Envahi de toutes parts par les herbes sauvages, le court de tennis, implanté au cœur de la ville de Bordj, est à l’agonie. La dégradation le ronge à petit feu au vu et au su de tout le monde et si rien n’est fait pour le sauver, il risque de disparaître du paysage.

Comment une telle infrastructure, qui fut un lieu de détente pour les jeunes et les moins jeunes, en est-elle arrivée là ? « En 2012, l’APC nous a cédé la gestion du court et, d’emblée, nous avions entamé des travaux de réhabilitation et d’aménagement suivant une opération lancée en 2011, notamment, sur les canalisations d’assainissement et les tribunes. Sauf que le projet, à l’instar de plusieurs autres, s’est heurté à la dure conjoncture économique, nous dit-on à la direction de la jeunesse et des sports. En 2017, l’APC récupère son bien et lance un appel d’offres pour un droit de concession dans le cadre du Calpi. Un investisseur a manifesté sa volonté de reprendre le projet, mais il a fini par l’abandonner, précise-t-on.