Mise à la disposition des clients pour leur faciliter le paiement, la formule e-paiement n’a visiblement toujours pas la cote, puisque seulement 83 opérations de versement par le Net, soit 53 000 DA engrangés, ont été enregistrées, selon un bilan rendu public le week-end dernier par les services de la SDE.

En revanche, indiquent les mêmes sources, le paiement à la poste présente 4 clients sur 5, soit 80% des citoyens qui s’acquittent de leurs factures au guichet. En marge de sa rencontre avec la presse locale, la SDE a lancé une brigade de l’énergie, composée de cinq éléments, qui sillonnera à longueur d’année les 34 communes pour faire du porte-à- porte, donnant des conseils sur la rationalisation et l’usage à bon escient des énergies ainsi que sur les conduites à tenir face à un accident domestique lié à un court-circuit ou une fuite. Pour ce qui est des créances, la SDE parle d’un «pic» de 40 milliards de centimes. Un manque à gagner qui n’est pas restitué auprès des particuliers et des institutions étatiques, notamment les communes «déficitaires» qui cumulent les factures pour finir par ne plus pouvoir s’en acquitter. «Pour nos clients, nous avons prolongé le délai de paiement de trois jours, en prévision d’un week-end ou d’un jour férié éventuels, soit de 15 à 18 jours, une période largement suffisante pour régler la facture», précise Mohamed Bouzid, un cadre de la SDE.