El Main est une commune au nord, distante de 65 km du chef-lieu de wilaya, connue pour ses reliefs difficilement accessibles. Les responsables de cette localité tentent tant bien que mal à la désenclaver.

«Comme toutes les régions montagneuses, notre commune est en quête de développement en créant des projets. Pour ce qui est de l’AEP, les travaux sont à en cours pour alimenter les citoyens en eau potable, ramenée depuis le barrage Tichihaf, dans la wilaya de Béjaïa. D’ailleurs, une station de traitement flottante est en montage. Concernant le réseau routier, les routes sont, dans l’ensemble, vétustes, dégradées par les travaux liés au raccordement au gaz, à l’électricité, à l’AEP… », nous disent des membres de l’APC. La station thermale d’Ath Halla est peut-être le seul atout de la commune, susceptible de créer bon nombre de postes d’emploi, mais qui fonctionne à l’ancienne. « D’abord, pour attirer les visiteurs, qui convergent de partout, il faut réhabiliter le réseau routier qui laisse à désirer. Ensuite, pour optimiser l’exploitation de cette infrastructure, il faut également encourager l’investissement. Car, ceux qui gèrent la station n’osent pas s’aventurer à mettre beaucoup d’argent dans un projet limité par un délai de concession », poursuivent nos interlocuteurs. Ils déplorent aussi la maison de jeunes, qui reste inachevée, faute de budget, ou encore la dégradation du tronçon, de 6 km, reliant Takroumbalt au CW 43 dans la wilaya de Béjaia. « Et pour encourager les gens à s’adonner aux activités agricoles, il faut installer des retenues collinaires et surtout ouvrir de nouvelles pistes agricoles », concluent-ils. Un appel qui tombe à pic avec les assises nationales sur le secteur de l’agriculture.