Au moment où des sommes colossales sont injectées dans des projets considérés peu importants, certaines routes de montagne demeurent toujours un cauchemar, surtout en hiver, pour les usagers en l’absence de glissières.

Il y a quelques années, le CW reliant Theniet Ennasr à Djaâfra, au nord, sur 30 km, présentait un énorme danger par sa nature escarpée et son exiguïté, en sus du risque de chute de pierres, et le pire c’est que cet axe névralgique n’était pas endigué par des glissières.

 

Les responsables d’alors se sont rendus compte des dangers en installant des glissières le long des points noirs, et les accidents ont sensiblement baissé. Or, les chemins secondaires, faisant jonction avec le CW 43, qui mènent aux chefs-lieux des communes et des villages, souvent perchés sur des reliefs, en sont privés. Laissant ainsi ces routes une plaie toujours béante, où des accidents mortels ont eu lieu, d’autres ont été évités in extremis. Il y a quelque temps, au lieudit Azroudjider, un semi-remorque rate un virage et finit sa course dans le ravin, une centaine de mètres plus bas. Le conducteur a été tué sur le coup et il aura fallu plusieurs jours pour extirper son engin, ou ce qu’il en restait, du milieu des buissons et des rochers. Non loin de là, sur un chemin reliant Azroudjider au village d’Azrou, un véhicule léger avec 4 personnes à bord, roulant sur une chaussée abrupte et glissante, a également raté un virage pour atterrir, heureusement, sur un arbre qui a amorti la chute. Ou encore, et sous nos yeux, une voiture immatriculée à Blida, dont le conducteur ne connaissait apparemment pas la région, a tout simplement plongé dans un versant rocailleux à hauteur du branchement de Tazla. Le conducteur s’en est sorti indemne, éjecté sur un arbre, mais pas son véhicule. Des cas parmi tant d’autres signalés çà et là dans d’autres régions montagneuses où à l’exiguïté et la raideur des pentes s’ajoutent l’absence de glissières. De simples plaques métalliques susceptibles d’absorber le choc et d’éviter la dégringolade et donc le drame. Maintenant que les APC sont installées, les nouveaux élus devront classer leur feuille de route par ordre de priorités à commencer par l’entretien et la sécurisation des routes.