Toutes les 17 secondes, une personne se fait infecter par le VIH dans le monde et depuis le début de l’épidémie, soit 5 000 nouvelles infections par jour, 35 millions de personnes en sont mortes. Environ 1,8 million de personnes ont été infectées par le virus du sida dans le monde en 2016.

Le rythme des nouvelles contaminations chez les adultes sur la planète n’a que faiblement diminué ces dernières années. De 1,9 million en 2010 à 1,7 million en 2016, concentrés en Afrique avec une moyenne de deux infections sur trois. Chez les enfants, les nouvelles infections ont nettement baissé. Depuis 2010, elles ont été pratiquement divisées par deux passant de 300 000 à 160 000 en 2016. Cette décrue s’explique par les campagnes de dépistage en Afrique chez les femmes enceintes et par les traitements antirétroviraux qui empêchent la transmission du VIH de la maman au bébé. Plus de 36,7 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde pour l’année 2016. Ce total augmente d’année en année à cause du rythme toujours élevé des nouvelles transmissions et aussi en raison d’un accès plus répandu aux médicaments antirétroviraux dans les pays pauvres qui offre de meilleures chances de survie aux séropositifs. Aujourd’hui, 20,9 millions de personnes ont accès à des traitements antirétroviraux qui, lorsqu’ils sont pris régulièrement, empêchent très efficacement la maladie de s’exprimer et réduit très fortement les risques de contamination. C’est pratiquement trois fois plus qu’en 2010. A cet effet, les décès liés au sida dans le monde ont diminué de près de 50% depuis le pic en 2005 avec 1,9 million de morts, pour s’établir à 1 million en 2016.