L’association «Autisme Blida», un collectif né en 2017, a déclaré par la voix de son président, Rachid Rahal, qu’un dossier d’acceptation de création d’un centre psychopédagogique destiné à l’accueil des enfants autistes a été déposé auprès des services concernés du gouvernement en vue de son approbation. Selon M. Rahal, l’idée d’ouvrir ce centre spécialisé est dictée par l’absence de structures dédiées à la prise en charge des autistes, «une réalité douloureuse», a-t-il déclaré à l’APS à l’annonce du projet de son association. L’inexistence de ces structures est «une source d’angoisse et de malaise pour les parents en quête de prise en charge pour leurs enfants», a-t-il ajouté. Si le projet de création de ce centre abouti, il sera conçu pour accueillir des enfants âgés de 3 à 12 ans dans les normes psychopédagogiques requises en matière de prise en charge des enfants autistes. Il sera organisé de façon à les préparer à l’insertion dans des centres de formation professionnelle et de prétendre à l’intégration sociale par l’emploi.
L’association Autisme Blida a déjà réussi à accompagner quatorze jeunes autistes dans leur formation à la décoration. Ces jeunes gens, qui représentent la première promotion sortante du genre dans le secteur de la formation professionnelle, ont reçu des diplômes devant leur donner des chances de recrutement dans le monde du travail. Cet accompagnement, mis au point en coordination avec différents secteurs concernés, dont celui de l’action sociale et de la solidarité, de la formation professionnelle et de l’emploi, «ne s’arrêtera pas à cette étape, mais se poursuivra pour l’intégration de ces stagiaires dans le monde du travail, en les accompagnant dans la création de micro-entreprises, dans le cadre de différents dispositifs de soutien, ou en leur permettant de bénéficier de locaux professionnels pour exercer leurs activités et commercialiser leurs produits», a encore assuré M. Rahal. «Autisme Blida» prend actuellement en charge plus de 130 autistes âgés de 3 à 28 ans. Ses responsables «souhaitent, également, une aide de la part des autorités locales, à savoir l’obtention d’un siège pour atténuer ses charges de location», a indiqué son président, déplorant l’existence d’une liste d’attente (d’autistes) que l’association ne peut pas prendre en charge en raison de l’exiguïté de son siège actuel dans la commune de Bouarfa. En 2017, l’association a été créée à l’initiative d’un groupe de parents d’enfants autistes avec l’objectif de mobiliser tous les moyens possibles nécessaires à ce qu’ils bénéficient d’un cursus scolaire adapté et les préparer à l’intégration socioprofessionnelle.S. B