Le Secrétaire général de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA) Abdelatif Dilmi a lancé samedi à partir de Blida un appel aux pouvoirs publics en vue de proroger les délais de paiement des cotisations des agriculteurs à la Caisse nationale des assurances sociales des non-salariés (CASNOS) jusqu’au 31 décembre de l’année en cours.

Dans une déclaration à la presse, en marge du Salon des agrumes de la wilaya dont il a procédé au coup d’envoi en compagnie du wali de Blida, Kamel Nouisser, M. Dilmi a cité parmi les plus importantes recommandations issues du 9e congrès de l’UNPA, tenu à la fin 2021, «la prorogation des délais de paiement des cotisations des agriculteurs à la CASNOS jusqu’au 31 décembre 2022, au lieu de la fin du mois en cours (soit le 31 janvier 2022)», a-t-il indiqué. Il a imputé cette recommandation «réclamée par la majorité des agriculteurs», a-t-il dit, «au problème de la sécheresse et de la pandémie de la Covid-19 «. «Des facteurs qui ont négativement affecté la rentabilité du secteur, outre le coût élevé des matériaux de production», a-t-il expliqué. Le SG de l’UNPA a estimé que la prise en charge, par les autorités publiques, de cette « doléance pressante», est de nature à offrir « toute la latitude nécessaire aux agriculteurs, mais aussi aux éleveurs et aux producteurs, de payer leurs cotisations ». Sur place, de nombreux agriculteurs participant à cette manifestation, initiée par la Chambre locale d’agriculture, en coordination avec la direction des services agricoles (DAS), ont soulevé le problème de leur réintégration dans la Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA), pour y verser leurs cotisations au lieu de le faire au niveau de la CASNOS. En réponse à cette préoccupation, M. Dilmi a renouvelé son appel aux autorités supérieures, sur la «nécessité de réintégrer les agriculteurs dans la CNMA », dont ils étaient adhérents jusqu’au 1er janvier 1995, date du transfert de leur activité sociale vers la CASNOS. Il a ajouté que vu le caractère spécial des affaires sociales des agriculteurs, producteurs et éleveurs, « nous appelons à notre réintégration, dans un avenir proche, au sein de la CNMA, car nous sommes différents du reste des catégories professionnelles », a-t-il soutenu. Le SG de l’UNPA a abordé le problème de la sécheresse qui constitue, ces dernières années, une menace pour les agriculteurs et éleveurs de nombreuses wilayas de l’intérieur, telles que Msila, Batna et Djelfa. «Un fait qui a négativement impacté sur leurs activités», a déploré M. Dilmi, notamment au vu de la cherté des prix des matières premières, dont l’orge, acheté à 5.500 DA le quintal au marché noir, alors que le quintal d’avoine a été porté à 4.500 DA, «une situation qui menace la ressource animale», a-t-il affirmé. Abdelatif Dilmi a appelé les pouvoirs publics à «prendre en considération les préoccupations des agriculteurs, au même titre que les autres activités, dans le but de protéger l’économie nationale».

Vers des assises nationales pour le développement de l’agrumiculture
Des assises nationales sur le développement de la filière agrumicole seront organisées à Blida, wilaya occupant la première place en matière de production d’agrumes, en assurant plus de 33% de la production nationale, a indiqué, pour sa part, le wali. S’exprimant en marge du salon des agrumes, le wali Kamel Nouisser a annoncé que l’organisation de ces assises, qui se tiendront dès l’amélioration de la situation pandémique, «s’inscrit dans le cadre des efforts visant la préservation de la vocation agricole de la wilaya de Blida et de sa place de pionnière en matière de production, en qualité et en quantité, d’agrumes», mais également elle sera l’occasion pour «débattre de la gestion de l’importante production d’agrumes, prévue dans les années à venir, et ce, dans le cadre de la stratégie nationale portant sur la relance du secteur agroalimentaire et de l’exportation», a-t-il dit. Ces rencontres nationales, qui verront la participation d’agrumiculteurs au niveau national, d’instituts techniques et de partenaires du secteur de l’agriculture, seront une opportunité pour se pencher sur les contraintes rencontrées par les producteurs, notamment en matière de commercialisation, en vue d’y apporter des solutions à travers, entre autres, la transformation et l’exportation. Assurer la disponibilité des agrumes, tout au long de l’année par la production de variétés tardives adaptées aux différentes saisons, sera également discutée lors de ces assises, a souligné de son côté le SG de l’UNPA, qui a aussi observé que le problème de disponibilité de foncier agricole, sera, en outre, à l’ordre du jour.
A Noter que la direction des services agricoles (DSA) de Blida qui a organisé le salon des agrumes, en collaboration avec la chambre d’agriculture de wilaya, prévoit une production agrumicole abondante les prochaines années, ce qui nécessite la mise en place d’une stratégie pour accompagner le développement de la filière. A ce propos, il est à rappeler que la wilaya de Blida qui est pionnière en la matière, dispose d’un verger agrumicole d’une superficie de plus de 20 ha, alors que la production annuelle moyenne est de 5 millions de tonnes d’agrumes. Le salon des agrumes de Blida, abrité par l’annexe du complexe sportif Mustapha Tchaker, a été animé par une quarantaine de producteurs d’agrumes de la wilaya. On note aussi la participation d’unités de transformation, de pépinières, laboratoires et autres partenaires de la filière. Ce salon, qui n’a pas été organisé les deux dernières années en raison de la situation pandémique, et qui vise à mettre en lumière la production agrumicole locale, a permis aux participants d’échanger leurs expériences et d’exprimer leurs préoccupations. Les meilleurs produits d’agrumes de la wilaya ont été récompensés à l’occasion de cette manifestation, afin de les encourager à fournir plus d’efforts pour développer davantage la filière.
Rédaction régionale et APS