Dans un climat très tendu, le ministre de la santé s’est rendu, mercredi après midi, à Biskra qui connaît une inquiétante recrudescence des cas confirmés et de décès de coronavirus suscitant des craintes et colère chez la population. Il a déclaré de l’hôpital de Sidi Okba, l’attribution d’un appareil d’analyse RT-PCR à l’EPH de Biskra.

Arrivé vers 15 heures à l’aéroport de Biskra, le ministre de la santé, Benbouzid Abderrahmane ne s’est rendu à l’EPH Hakim Saadane qu’après 19 heures a cause des protestations et les rassemblements des habitants, organisés depuis ce matin devant l’entrée de l’hôpital. 

Des affrontements violents ont eu lieu entre les protestataires et les forces anti-émeutes durant tout l’après midi. La police n’a réussi à disperser la foule qu’après utilisation de la force et l’arrestation d’un grand nombre de manifestants.

Vers 19.20, Benbouzid a été accueilli par un sit-in, tenu par le personnel médical, médecins et paramédicaux. Ces derniers se sont installés en rang a l’entrée de la structure portant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire des messages dénonçant la mauvaise gestion, le manque de personnel, d’équipements et réclamant des solutions urgentes et définitives.

 L’administration de l’hôpital a procédé mardi soir, la veille de la visite du ministre à nettoyer l’établissement, le désinfecter, et le décorer. Des bouteilles d’oxygène et des équipements ont été également installé à l’hôpital sous les yeux des citoyens. Un bus transportant des infirmiers a été opéré également lors de son introduction à l’hôpital.

Ces images ont suscité la colère des habitants qui se sont précipités, tôt le matin, vers l’hôpital de la ville ou ils ont organisé un rassemblement. Des pancartes et banderoles ont été suspendues sur les barreaudages et le portail de l’hôpital. 

 Le nombre de patients atteints du Coronavirus (Covid-19) augmente de jour en jour  et d’une manière inquiétante rendant la prise en charge de ces derniers impossibles face au manque des moyens et de personnel soignant. 

Le personnel médical, du service Covid19,  ont tenu, à leur tour, un sit-in sur leur lieu de travail pour dénoncer le manque de moyens, la dégradation de leurs conditions de travail et l’indifférence de l’administration du secteur au niveau locale et des autorités locales.

Les habitants ainsi que le personnel soignant  réclament la mise en place de mesures urgentes afin d’y circonscrire et de stopper la propagation du virus et mettre terme a cette catastrophe qui  ravage la région.

Les protestataires voulaient a travers ce mouvement  attiré l’attention des autorités supérieurs. Ils ont lancé un appel au ministère de la Santé afin de venir en aide en urgence a cette région mis a l’écart et abandonnée, tout comme le reste des wilayas du Grand Sud.